Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ze first one | Page d'accueil | Abel Président ! »

05/05/2008

Le jour où j'ai fait l'oiseau

984495985.2.jpg

 

Je vous mentirais si je vous disais que c'était top. Que ça ne fait pas si peur que ça. Que si c'était à refaire, fingers in ze nose, je referai.

No, no, no les petits gars. C'est haut putain. 182 mètres de vide total, un paysage magnifique mais impressionnant au possible. Le coeur qui bat comme jamais. Des tas d'excuses bidons qui poussent à ne pas le faire finalement. Des animateurs sympas, pas mal de monde, une super bonne ambiance mais malgré tout, de sérieux doutes qui s'installent. Les mains sont super moites. Et l'impression que la vie ne tient qu'à un fil commence à faire son petit chemin, merde.

 

Exit les déguisements. On nous fait remettre nos jeans, plus confortables pour fixer le baudrier qu'on trouve dailleurs un peu light puisqu'on s'imaginait avec du matos bien lourd, limite capitonné à outrance pour amortir une éventuelle chute.Ben quoi?

 

Alors.... qui sera la prem's ?? Un ange passe. On décide de tirer ça au sort et youpi, hourra, c'est bibi qui s'y colle. Mais en fait ça ne me gêne pas puisqu'à ce moment là, la tension entre nous est à couper au couteau alors autant s'en débarrasser fissa.

 

Et à partir de là, tout est allé très très vite. On me fixe le baudrier, m'attache les sangles, donne les dernières recommandations. Je suis sur le pont, je tiens à peine droit tellement je balise et du coup on me tient fermement. Ca commence bien. Je vois l'horizon, et surtout je vois RIEN. Maux de tête, souffle coupé, je-peux-le-faire-je-peux-le-faire, je-vais-le-faire-je-vais-le-faire.

 

Et bang. Trente secondes plus tard, je me prends une décharge inouïe de sensations fortes, le sentiment que je ne maitrise plus rien, une liberté incroyable, mais aussi l'impression d'être dans une dimension parallèle, je sais pas comment vous dire. C'est très rapide et très long à la fois, jouissif et complètement gerbant aussi. Mais surtout, qu'est ce que ça fait peur.

 

Une fois les pieds posés à terre, je suis comme en apesanteur, complètement destabilisée, déséquilibrée, et d'ailleurs je me rétame. J'ai du mal à réaliser que putain, j'ai fait l'oiseau sur presque 200 mètres accrochée à un fil.

 

Une fois mes esprits repris, retour sur le pont et je n'ai pas d'autre choix que celui de dire à mes cops que c'est juste énoooorme! Mais en vérité, ce qui est énorme, ce n'est pas le saut. Je crois que j'ai eu beaucoup trop peur pour le savourer pleinement même si avec le recul, je commence à me dire que quand même, c'était un truc de malade que je ne m'interdis pas de refaire un jour. Mais en toute honnêteté, contrairement à ce que l'on m'avait dit, j'ai trouvé ça un peu violent, ou plutôt disons que l'on est fortement secoué.

 

Non, ce qui est énoooorme, c'est d'avoir dépassé les limites de ma trouille, d'être passée outre les contre-indications médicales qui m'avaient été données et de ne pas en avoir souffert outre-mesure, c'est d'être allée au bout de ce défi, de ne pas avoir écouté les gentils détracteurs qui ne comprenaient pas quel était l'intérêt de prendre autant de risques (sic), c'est de me conforter une fois encore dans l'idée que dans la vie, tous domaines confondus, tout n'est que question de volonté.

 

Et puis j'avoue que depuis ce saut, je suis requinquée à bloc, j'ai des idées plein la tête, je déborde d'énergie, et mes concurrents n'ont qu'à bien se tenir. Oué Oué Oué.

Commentaires

bravo ma belle, beaucoup de courage, bon maintenant il ne te reste plus qu'à faire le saut en chute libre, c'est heu!!!!! inexplicable.....

Écrit par : chris.azur | 05/05/2008

j'ai la gerbe rien qu'en te lisant !
mais bravo quel courage !! moi j'aurai fait pipi dans ma culotte !!!

Écrit par : Mlle A | 05/05/2008

Je t'admire à vie pour ça... Je sais pas du tout si j'en serais capable bien qu'à choisir entre un saut à l'elastique et un e n parachute, je choisis le premier. Mais si je peux rester par terre, ça me va bien !

Écrit par : PinkLady | 05/05/2008

et bien félicitations ! c'est beau de surmonter sa peur.. très franchement je me sens incapable de faire un tel saut.. brrr

Écrit par : Lena | 05/05/2008

Peu ou prou les mêmes sensations avec le saut en parachute, tu te dis que tu n'y arriveras pas, mais finalement. Si.
Et l'incroyable distorsion du temps qui s'étire et s'accélère tout à la fois.

Écrit par : Dom | 05/05/2008

@ Chris.Azur: oué ben rigole pas hein, mais j'y pense, j'y pense. Enfin pas pour de suite mais un de ces quatre, l'envie va me prendre pour de bon je crois.

@ Mlle A: mais non, mais non! Une fois que t'es sur le pont, plus moyen de faire marche arrière, t'es obligée de te dépasser.

@ Pinklady: les pieds sur la terre ferme.... J'avoue que moi j'étais pareil surtout que je suis pas loin d'être une chochotte en fait. Mais bon, comme quoi, ne jamais dire jamais.

@ Léna: et bien j'aurais dis tout pareil il y a 1 an. Et puis voilà, c'est parti d'un pari avec des copines, du genre "chiche" et voilà le résultat :-)

@ Dom: alors tu penses que le saut en parachute c'est pas pire? Intéressant... Pour le moment, ça me fait plus flipper quand même. A l'occasion, dis moi en plus stp.

Écrit par : Julie BBG | 05/05/2008

:-D Lire ton "compte-rendu" m'a fait m'y revoir :-D

Je faisais partie de ceux à dire que c'était plus impressionnant que violent, désolé de la mauvaise information (bon, c'était 3 fois moins haut aussi).
Pour l'aspect déstabilisant, une amie à moi s'est senti tellement hors de son élément qu'elle s'est bouché le nez et qu'elle a battu des pieds dans le vide (précisons qu'elle ne sait pas nager).
Cette sensation (absurde en y repensant) qu'il y a ceux qui ont sauté, ceux qui savent, et les autres.
Et l'envie de recommencer une fois en bas, "mais pas tout de suite quand-même" une fois remonté sur le pont pour soutenir les autres.

Et c'était quoi le déguisement finalement ? Baywatch style ?

Écrit par : Bôôh | 06/05/2008

@ Bôôh: sympa de repasser par ici :-)

Alors, oui c'est vrai, j'ai trouvé ça violent mais je précise que c'est aussi lié à ma condition physique. J'ai pas envie de m'étaler sur la question donc on va dire que j'ai un corps super fragile, et je suis très sensible aux secousses de façon générale (cela dit, je le savais dès le départ et j'ai sauté en connaissance de cause).
Impressionnant? Oh oui! Ca l'est bordel. Mazette, la nature de façon générale est majestueuse et quand il y a autant de contraste entre la solidité des montagnes et le silence du vide, faut avoir le coeur bien accroché pour se jeter dedans.
Pour ton amie qui a battu des pieds dans le vide en se bouchant le nez, j'ai ri en te lisant (sorry) mais en fait ça ne m'étonne pas. C'est tellement perturbant, faut dire qu'on est quand même jeté hors de notre élément.

Et sinon, oui, les déguisements c'était bien Baywatch!
Soit je l'ai dis dans un autre post mais je n'en ai pas le souvenir, soit tu commences à me connaître, soit t'es voyant! lol
(Et en effet, je garde au fond de moi une petite envie de recommencer un de ces quatre, toi aussi non?)

Écrit par : Julie BBG | 07/05/2008