Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La roulette (Partie 2/2) | Page d'accueil | Made in Heaven... yeeaaahhh.... »

11/06/2008

Girl power, mon cul

de dos.jpg

 

Comme je rigole.  Dans l'édition de lundi, le Wall Street Journal voudrait nous faire croire qu'Hillary Clinton a ouvert les portes de la politique haulte-voltige aux femmes qui ambitionnent ce destin. Si vous avez 3 mns à perdre, jetez un oeil à leur pseudo-article et à la petite vidéo qui illustrent à merveille cette ineptie.

 

Je suis une fan inconditionnelle de l'Amérique à bien des égards, et ce malgré tous ses paradoxes. Mais là, pour le coup, je suis scotchée qu'un journal de cette qualité pose un débat aussi insipide et anachronique. Une fois encore, force est de constater que les américains ont un peu trop tendance à regarder le monde avec des oeillères... car si en Amérique c'est bien la première fois qu'une femme briguait l'investiture de son parti pour le représenter à une élection nationale, dans le reste du monde, cela fait longtemps que les femmes ont investi les couloirs des Palais présidentiels.  Regardez-ça, la liste est looooongue.

 

Sans transition, bonjour :-)

 

Rigolons un peu.... je suis de celles qui croient que les femmes doivent évoluer de façon autonome, affirmer leurs envies, les vivre, s'affranchir des codes de conduite qui voudraient que l'homme soit le sexe fort (hahahaha), porter des mini-jupes et des décolletés, gagner le même salaire que la gente masculine à poste égal, ne pas rappeller après une nuit endiablée, payer l'addition, monter des boites, diriger des hommes, utiliser des sex-toys, etc... etc...

 

Mais alors pourquoi.... pourquoi-pourquoi-pourquoi... suis-je aussi machos-addicted? Hein?

 

Pourquoi... est-ce que je mets mon coeur en ébullition pour concocter les meilleurs petits plats à mi amor, pourquoi est-ce que j'adore plier son linge et le ranger, pourquoi est-ce que j'aime quand il me domine intellectuellement parlant... ok, physiquement aussi... pourquoi est-ce que je trouve normal que ce soit lui qui paye l'addition alors que je viens juste de dire le contraire, pourquoi est-ce que j'aime qu'il me tienne la porte, qu'il prenne les décisions importantes, et pourquoi j'aime qu'il me fasse pleurer?

 

Totalement incohérent tout ça, non?

 

Et ben non.

 

Cherchez-pas...

 

Je suis une fille.

Commentaires

je suis d'accord avec toi, mais je n'aime pas plier son linge et le ranger, c'est toujours le bordel dans son dressing...

Écrit par : chris.azur | 11/06/2008

j'avoue que c'est totalement incohérent mais en même temps on est des filles et ça c'est déjà tout un tas de paradoxe :) je me comprends

Écrit par : connasseee | 11/06/2008

Oups plier son linge et le ranger, je me surprends a le faire alros qu'objectivement je deteste ca. On est compliquees c'est ca la verite moi je veux etre independante mais aussi avoir un vrai mec pour s'occuper de moi.

Écrit par : ishopforyou | 11/06/2008

j'aime les machos, vraiment... si un mec n'est pas macho, ça ne fonctionne pas avec moi ;-) tu vois tu n'es pas la seule

Écrit par : Lena | 11/06/2008

Non c'est pas incoherent, t'es tout simplement une fille!! et pour ma part c'est pire, j'aime qu'il soit hyper gentleman avec moi (payer le resto, m'offrir des fleurs) mais sinon on fait le menage a 2 et je ne repasse pas! je suis feministe quand ca m'arrange en fait, mais chut c'est entre nous!

Écrit par : Sonia | 11/06/2008

c'est vrai qu'on est vraiment compliquée ...

Écrit par : Mlle A | 11/06/2008

@ Chris.Azur: le bordel? ahum... le mien (de mec) est limite maniaque et la bordélique dans le couple, c'est moi. Fière de l'être en plus, je trouve ça plus fun. :-)

@ Connasseee: exactement. Une fille est par définition paradoxale, chiante, compliquée, et capricieuse, mais on a tellement de qualités à côté qu'on nous pardonne tout. N'est ce pas? Hein? Quoi? Comment ça je rêve??

@ Ishopforyou: mais t'as carrément raison. Un mec pour s'occuper à 100% de nous. Euh... il existe dans la vraie vie tu crois?

@ Léna: yeeeahhh... tout pareil que toi. Si le mec ne me mène pas la vie un peu dure, je suis désintéressée total. Tu crois qu'on est un peu maso aussi?

@ Sonia: ha ha ha, féministe quand ça t'arrange?! J'adore. Finalement, ça doit être ça la bonne recette, bien vu.

@ Mlle A: nous? Compliquées?? Nooooon.... arrête...! :-)

Écrit par : Julie BBG | 11/06/2008

1ère fois que je m'arrête ici mais faudra que je passe plus souvent... Tout le paradoxe des poulettes réside là-dedans : Le côté Face je suis très forte et je sais m'éclater toute seule pas besoin d'un mec pour ça Le côté Pile je veux des bb avec mon mec et qu'on me fasse pas chier quand je fais la popote... TRès dur de trouver un équilibre dans tout ça... Moi, passe mon temps à aller de l'un à l'autre (sauf pour le ménage, là j'avoue que je pose un joker!)

Écrit par : tchiken | 11/06/2008

la conclusion est plutot agreable

Écrit par : yoyostereo™ | 11/06/2008

@ Tchiken: bienvenue ici le poulet, ou plutôt la poulette en fait. J'adore ton pseudo, vraiment. Enfin c'est tellement vrai ce que tu dis, le tout est de trouver un équilibre dans ce merdier hormonal qui fait de nous des chieuses en puissance. La vie est une fête quoi :-)

@ Yoyostereo: ah ben toi aussi j'adore ton pseudo, c'est la journée. A ton commentaire, j'en déduis que tu aimes les filles et ... t'as bien raison! Nous aussi on vous aime. Oué.

Écrit par : Julie BBG | 11/06/2008

Finalement, l'essentiel, c'est qu'on fasse simplement ce que l'on souhaite faire sans qu'il soit question à un moment ou à un autre de savoir si oui ou non, on doit le faire.

Je n'aime pas trop entendre parler d'égalité homme-femme, pourquoi être égaux !? soyons libres c'est bien plus amusant ! (et surtout pensons à la liberté des autres)

Écrit par : BlueG | 13/06/2008

@ BlueG: non t'as raison, ne soyons pas égaux. Nous les femmes sommes de petits êtres fragiles que vous les hommes vous devez de chouchouter et de choyer.
Comment ça je vois midi à ma porte?
:-)

Écrit par : Julie BBG | 13/06/2008

D'accord ! En échange (perd pas l'nord BlueG) vous faîtes semblant de nous trouver géniaux et plein d'esprit, ça nous rassure aussi (pi on sait bien qu'on vous arrive pas à la cheville !*)


*J'en fais p'têt trop là :D

Écrit par : BlueG | 15/06/2008

@ BlueG: oui on vous trouve plein d'esprit.... surtout si vous êtes bruns.
Oui... je parle pour moi là.
Non.. tu n'en fais pas trop.

Écrit par : Julie BBG | 15/06/2008

Quel poste! J'adore!!!!

Écrit par : Alerte à Liège/Sophie | 15/06/2008

En légende de la photo, je mettrai plutôt "que seraient les filles sans leur pantalon ?"

filou
afremacho

Écrit par : filou | 16/06/2008

ouf :)

Écrit par : BlueG | 16/06/2008

@ Alerte à Liège: ah bon? Et ben tant mieux, mais c'est la vérité tout ça... je suis pleine de paradoxes.

@ Filou: ha ha ha... tu portes bien ton pseudo toi! J'me comprends....

@ BlueG: ;-)

Écrit par : Julie BBG | 16/06/2008

c'est juste la difference entre la theorie et la pratique ..
si la theorie etait la pratique vous seriez suedoises et vous auriez des hommes nounous soumis qui disent rien et qui se soulent le week end pour oublier leur depression de la semaine ..
du coup en tant que française , vous aimez les soubresauts ( typique du français entre rebellion et obeissance) et vous voulez etre independante mais vous aimez le vieux shema traditionnel ..et dans un sens vous aurez raison :) n'allez pas perdre les avantages de l'un pour gagner les inconvenients de l'autre :)

Écrit par : woab | 25/06/2008

Donc une fille c'est quand même maso et un peu con (pas à prendre au pied de la lettre), si j'ai bien compris sur ce qui est dit dans l'article et les commentaires.
Mes hypothèses sont donc confirmé :).

Écrit par : Shuji | 25/06/2008

@ Woab: un homme soumis? Beuuuurk...... ça doit être drôle 3 mn mais on se fait vite chier non? Pareil pour les mecs j'imagine. Une chieuse est bien plus piquante qu'une sainte qui dit amen à tous vos désirs. Enfin... c'est ce que j'aime à croire..... hum, me trompe-je??

@ Shuji: oui une fille c'est con et maso, mais c'est aussi très rusé et coriace. Ca dépend des hormones et de la couleur des cheveux.
:-)

Écrit par : Julie BBG | 02/07/2008

...Qu'elle a très beau par ailleurs (de cul), du moins celui de la photo !...pour le reste ...peut pas me prononcer !
Quant à nos prétendues incohérences, selon ce que je viens d'apprendre, tout vient du miroir que nous renvoient nos parents. Le schéma que nous avons de l'amour, peut se révéler terrible dans nos relations :-)
Dualité entre ce que nous voulons et ce que nous reproduisons (inconsciemment) par rapport à notre vécu...hiiiiii !
Je me suis bien amusée à te lire... :-)
Ha !...au fait, je viens de te taguer alors à bientôt !

Lénaïk2tahiti

Écrit par : Lénaïk2tahiti | 29/07/2008

@ Lenaïk2tahiti: bienvenue Miss. C'est vrai que l'enfance, l'éducation et les valeurs que nos parents nous inculquent forgent nos personnalités et nos ressentis futurs, même si c'est inconscient!
Pour ton tag, celui-ci je l'ai déjà fait il y a quelque temps. Regarde-là:
http://blablablaetc.hautetfort.com/archive/2008/02/26/tagued.html#comments
Biz et à bientôt.

Écrit par : Julie BBG | 29/07/2008

Deux textes pour dénoncer la perte de virilité :

1 - LA MISERE DU MÂLE

Sur le grand échiquier de la séduction les mâles sont devenus des limaces.

Les mollusques quadragénaires ont pris leurs marques dans cette société de célibataires où rien ne dure entre Mars et Vénus. La concurrence pour l'incessante conquête amoureuse les rend pitoyables jusqu'à l'indignité : dans l'espoir de gagner les faveurs incertaines des femmes ces caniches épilés rampent, fléchissent le front, avalent la poussière, tous attributs masculins rentrés.

C'est à celui qui passera pour le plus veule.

Le grand gagnant sera celui qui se montrera le plus mielleux, convenu, effacé, lisse auprès de la femelle convoitée qui lui octroiera la récompense suprême : un collier de toutou pour le promener auprès d'elle dans sa vie de dominé.

Et il prendra sa docilité pour de la galanterie...

L'homme a perdu sa crinière. Les femmes ont bien compris l'avantage qu'elles peuvent tirer de l'émasculation cérébrale des prétendants à l'alcôve, profitant pleinement de leur récent statut de dominantes pour imposer leurs règles du jeu à la gent soumise.

L'ordre séculaire de l'amour a été inversé. Hier le lion désignait sa partenaire, impérial. L'homme était un seigneur, un cerf, un conquérant.

Aujourd'hui les lois de l'hymen sont dictées par la femme.

Dévirilisé, déjà trop abâtardi pour se résoudre à séduire la femme avec les arguments martiaux inspirés par sa nature, le sexe fort a adopté les moeurs aseptisées du féminisme ambiant. Désormais c'est lui qui est choisi par la femme.

C'est le mâle qui se prosterne aux pieds du sexe opposé !

Ayant perdu toute fierté, pudeur, décence, honneur, la génération des castrés "propose sa candidature" à la femme...

Voilà le comble de la misère masculine à mes yeux : courber l'échine pour conquérir l'amante ! Tristes normes de l'époque...

Dans ma conception saine et glorieuse des rapports amoureux, c'est la femme qui baisse les yeux devant son prince.

C'est elle qui pleure, implore, espère.

Chez moi c'est la femme qui, soumise, heureuse de son sort, se réjouit d'avoir été élue par le sceptre du phallocrate et non le gentil basset rasé de la tête aux pieds qui fait le beau devant sa maîtresse !

Les porteurs de bouquets de fleurs sont des minables, des poltrons prostitués à la cause féministe qui, tels des coq déplumés préférant faire profil bas face à la concurrence de plus en plus âpre pour la conquête féminine, n'osent plus affirmer leur virilité triomphante.

Raphaël Zacharie de IZARRA

2 - MACHO

Les eunuques ont pris place dans notre société émasculée. Toute une génération qui se sent à l'aise dans ce monde de caniches. Il ont leur leur roi -couronné de dentelles- et ce roi s'appelle Dupont, leur olympe -le poulailler-, leurs lois -le code des pédés-, leurs grands centres de féminisation aussi, nommés "médias", "république", "publicité".

Leur pire ennemi : la virilité. Leur credo : la castration. Leurs opinions : celles de leur femme.

Poules d'eau vêtues de tutus mentaux, mauviettes mouillées dans les affaires de tata, héros du métro chaussés de pantoufles, ces roquets à la dent molle prônent le nivellement des sexes, l'édulcoration des genres, voire le total rabaissement phallique, confondant volontiers la morale du mâle avec le code du parfait châtré.

Ils ont une fierté de limace, des intentions de toutous, des revendications de soumis.

Persuadés de respecter la femme parce qu'ils la laissent démocratiquement piétiner leur épée de son talon-aiguille (ce fer-de-lance de la volaille en révolution), tordre leur marbre originel devenu bâton de guimauve, briser leur double vase solaire, ils sont devenus féministes, sodomites, avorteurs...

Et prennent leur dévirilisation pour de la galanterie.

Rasés de la tête aux pieds, annelés comme des bestiaux matés et adoptant les moeurs veules, plates, flasques des hôtes des potagers, ils ont fini par arborer la face placide des pantins poltrons, singer les allures ternes des mignons moineaux de mai...

Au nom de la parité Mars-Vénus ces jolis sont d'accord avec toute avancée de la cause pourvu que leur panache piteux de coquelets déplumés ne dépasse pas la permanente des porteuses de jupes qui les tiennent en laisse...

Après avoir lamentablement poussé les caddys de supermarchés, ces torcheurs de nourrissons s'attèlent aux landeaux... Ils donnent même le biberon ! A quand l'allaitement ?

Moi je suis un macho, un vrai. Sans chaîne.

Mâle immémorial, héritier sain de mes gamètes intacts, imperméable aux siècles, antipathique mais authentique, nulle femme ne saurait me dénaturer.

Je suis un dominant, un vainqueur, un lion.

Porteur du sceptre qui désigne l'astre masculin auquel je m'identifie, je sais où est la place de l'homme et où est celle de la femme.

J'ai avec moi l'autorité innée de ceux qui ont conscience d'être fils de Râ et s'en glorifient. Au lieu d'en rougir devant l'autel mensonger des féministes.

Un mâle est un seigneur, la femme son naturel laudateur.

C'est la loi.

La loi des sexes, non celle du siècle. Toute descendante d'Eve qui se révolte contre la souveraineté de son demi-dieu n'est pas digne de se faire ensemencer. La gloire de la femme est dans les germes d'humanité qu'elle porte en son sein, non dans le venin du féminisme qu'elle inocule à son maître.

Je suis un macho, un pur, un dur, sans artifice. Ma pensée est de fer, mon front est lumineux, mon flanc divin.

Mon regard choisit, ma main désigne, mon bras décide, la femme dit oui.

Borné, moi ?

Non, simplement burné.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Écrit par : Raphaël Zacharie de IZARRA | 28/01/2010

Un peu pareil que toi. J'assure et j'assume. Socialement et économiquement, je peux me passer d'un homme. Donc j'ai besoin d'avoir en face de moi un homme qui tienne la route, qui me résiste, qui me domine.

Écrit par : Madame Kévin | 28/01/2010

Je suis pareil, je suis indépendant et je veux que ma femme le soit, même en jouant au forex sur planete option!

Écrit par : WallSTreet | 22/09/2013

Tout a fait d'accord !!

Écrit par : Option binaire | 25/03/2014