free website hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-01 | Page d'accueil | 2009-03 »

24/02/2009

Des seins bling-bling? Alleeeez... CONCOURS!

 

 

Déshabillez-moi...

 

Déshabillez-moi...

 

Oui mais pas tout de suite...

 

Pas trop vite....

 

Juliette Gréco a le talent inoui de mettre mes sens en délire grâce à sa voix hypnotisante et la mélodie langoureuse & envoutante de sa ballade sexy. Quant aux paroles.... ouh la....inutile de vous dire qu'il ne m'en faut guère davantage pour émoustiller mon imagination dans ses retranchements les plus osés. Tu parles d'une libido putain!

 

Allez je rewind becoz' en fait je suis là pour causer bijou oui, mais pas un bijou commun, non, aujourd'hui on fait dans le bijou sexy (pensez bien!), j'ai nommé les NIPPIES.

 

craze.jpg

 

Les Nippies sont des bijoux autocollants qui couvrent juste ce qu'il faut des seins et mettent en valeur notre poitrine sous un top transparent, un décolleté bien échancré, ou tout simplement lors d'une session bronzing topless. La marque propose divers motifs et différentes formes (voir leur site web) se mariant parfaitement à notre tenue, proposant ainsi une variante so-sexy aux seins nus.

 

Inutile de vous préciser que les créateurs en usent et en abusent lors de leurs défilés, et que bien entendu, les starlettes version US ( Gwen Stefani, The Pussycat Dolls, Mariah Carey, Pink, Jennifer Aniston, Christina Aguilera, Reese Witherspoon, etc) les ont déjà adoptés depuis perpette.

 

hue.jpg

 

En ce mois de février où les humeurs sont un peu en berne, moi je dis que c'est le moment de se la jouer tasspé ... oui, mais tasspé stylée qui fera papillonner les regards...! Et ça tombe bien, rapport que j'ai cinq packs différents à vous faire gagner.


Dingue.

 

Pour ce faire, rien de plus simple. Dites-moi dans les commentaires quelle personnalité publique (mec, nana, chanteur, actrice, homme politique, bloggueur, star de la tivi, mannequin etc) vous met le feu de partout, et why.


Quelques mots suffisent, je veux du com' sexy, je veux du com' troublant, je veux du com' affriolant... un point c'est tout.

 

(Le concours débute maintenant et reste ouvert jusqu'à vendredi minuit. Tirage au sort ce week-end et annonce des gagnants next week. Good luck).

 

 

23/02/2009

Je t'aime, moi non plus!

1.jpg



Ils nous rendent sexy.

 

Ils nous flattent.

 

Ils boostent notre assurance

 

Ils nous font félines.

 

 

Et pourtant... pourtant... qu'est ce qu'ils nous font mal!

 

Pourtant... pourtant... qu'est ce qu'on les deteste!

 

 

Les mecs?


Non, pas cette fois, encore que l'idée est la même: on en arrive parfois à les haïr et à vouloir les oublier, et pourtant... pourtant... bang, on remet le couvert en grandes masos que nous sommes.

 

Là, avec nos jolis tâlons... c'est tout pareil.

 

Perchées à 8-10 cm de hauteur, autant vous dire que oué, le galbe de la gambette sexy-baby, il nous coûte chéro en souffrance. Et vas-y qu'on veut être des fabulous women jonglant allègrement entre work-love-home-kids-friends-cooking affutées de nos échasses du matin au soir avec l'air de maitriser... vas-y oui...


Mais la nuit venue au moment de les ôter... la sensation éprouvée est identique à celle que l'on ressent lorsqu'en plein régime, on s'autorise une gourmandise chocolatée: Or-gas-mique.


Or nous sommes masos... qu'on a dit!

C'est donc en toute logique que nous rempilons le lendemain avec de la botte haut perchée ou de la sandale dévastatrice pour un remake du show de la veille, tout en sexy-attitude en effet, mais au prix de nombreuses crampes, ampoules et autres irritations à soigner...

 

Observons donc de plus près quelques faits et chiffres concernant ces douloureux et néanmoins merveilleux accessoires:

 

> Un récent rapport indique que les femmes commencent à porter des chaussures à tâlons à l'âge de 12 ans, et ce, jusqu'à ... 63 ans.

 

> Figurez-vous aussi que les hauts tâlons ont, semble-t-il, fait leur première apparition aux pieds de Catherine de Médicis qui aurait voulu se donner une contenance en arrivant en France épouser notre bon viel Henri II.

 

> Saviez-vous que les empreintes rouge du gourou Louboutin sont une marque déposée? Bien vu Christian.... m'est d'avis que tu dois bien te gaver en procès.

 

> Quant à Jimmy Choo, ô combien démocratisée grâce au succès de Sex & The City, la marque est reprise dans les paroles de chansons de Hilary Duff, Shyne, Pitbull, Clipse, Sway, 50 Cent, et Chester French. Du jamais vu, en tout cas autant que je sache.

 

> Et le stiletto... aaaaaahhhhh le stiletto... c'est à Roger-Henri Vivier qu'on le doit mesdames... Ce génie décédé en 1998 à l'âge de 95 ans,  nous a quittés modestement sans grands honneurs alors que c'est à lui que l'on doit l'invention et la popularisation de nos stilettos, les sortant de l'imaginaire fétishiste-porno grâce à un design révolutionnaire combinant prouesse technique et joliesse.

 

Amen Roger, Amen!

 

> Enfin, laquelle d'entre nous n'a pas rêvé garnir son dressing de milliers de chaussures, tantôt assorties à notre vernis, à notre sac, ou à notre ceinture, à la couleur de nos cheveux, de notre veste, ou de nos boucles d'oreilles? Laquelle, je vous le demande....?
Et bien c'est Imelda Marcos, épouse du président dictateur phillipen Ferdinand Marcos, qui à ce jour, détiendrait le record du plus grand nombre de chaussures jamais possédées...
Combien?
1 200 les gens, 1 000 + 200........ la salope!



Bref, tout ça pour dire que les chaussures à tâlons

 

c'est beau, c'est hot, ça se paie cher, ça s'apprivoise, ça fait mal, ça fait du bien,

 

ça fait tomber, ça donne des ailes, et c'est sex...

 

comme l'amouuuuuuuuuuuuur.

 

Besitos les cocos, je retourne à mes grogs, hip, et vous souhaite un happy lundi :-)

 

19/02/2009

Qu'en penserait John Gottman?

 

fourmi.jpg

 

Bon, alors, aujourd'hui on va causer argent. Ou plutôt argent au sein des couples.. genre compte commun, comptes séparés, et équilibre des dépenses.
Becoz' figurez-vous que je me turlupine un peu les méninges depuis qu'au détour d'une conversation anodine, mon homme a mentionné à ses parents me devoir une petite somme suite à un emprunt contracté auprès de... moi!

Et là, patatrac, les beaux-parents ne peuvent s'empêcher d'y aller de leur petite réthorique:

- Quoi? tu rembourses ta femme?

- Mais vous n'avez pas de compte en commun?

- Vous avez chacun vos économies?

- Vous fonctionnez vraiment bizarrement, normalement l'argent de l'un c'est l'argent de l'autre... et ainsi de suite.

Sauf que non. Chez nous, l'argent de l'un n'est pas l'argent de l'autre et nous mettons un point d'honneur à fonctionner sur un système équitable à la virgule près. J'exagère à peine croyez-moi.

Vous trouvez ça glauque?
Figurez-vous que moi aussi!

Mais ze mari ne veut rien entendre pour des raisons que je ne m'explique pas. Or je ne suis pas une dépensière capricieuse, nos revenus sont semblables, et évidemment depuis l'arrivée de notre progéniture, les frais de fonctionnement sont multipliés... mais devinez qui en a la charge... ?
Ben c'est bibi.

Je m'en fous royalement, je n'ai jamais eu de relation complexe avec l'argent.. quand il y en a, tant mieux, et quand il y en a moins voire pas du tout.... fuck, l'argent offre une liberté no limits... mais nous savons tous ici que la vie n'est pas linéaire et qu'il y a d'autres formes de richesses.
Conclusion...  je m'en tape, you get it :-)

Sauf que les beaux-parents ont réussi à mettre le doigt sur un sujet sensible: et oui, 10 ans de vie commune à diviser en deux les frais du "ménage", franchement, c'est loin, très très loin de l'éducation que j'ai reçue, éducation orientale s'il en est avec un père qui a énormément bossé pour nous offrir une vie agréable et qui avait un sens de la famille et des responsabilités vraiment très développé, et une mère qui n'a qu'une seule philosophie, à savoir: "quand y'en a pour 2 y'en a pour 20".

Or me voici quasi-piégée à vivre la mienne, de vie, comme si j'étais célibataire, à subvenir à mes besoins de façon autonome, tant dans les moments d"opulence" que dans ceux de "disette"...alors que nous sommes mariés, qu'un compte-joint aurait certainement pour effet de simplifier les choses, et que l'un dans l'autre, ce serait aussi une jolie preuve d'amour et de confiance que de fusionner nos revenus, au moins partiellement.

Résultat... cette conversation a soulevé pas mal de questions tordues et je m'étonne de n'y avoir jamais pensé avant. Et là, je comprends mieux, bien mieux pourquoi j'ai parfois  entendu dire que l'argent était souvent générateur de problèmes au sein des couples. Honnêtement, je suis en train de me le prendre en pleine face.

Mais à part ça, pas de soucis, la vie est toujours une big fiesta et j'en ai plein les mirettes! Next week, un gentil concours pour se distraire avec à la clé des petits cadeaux sympathiques pour les filles, alors on se tient prêt(es) s'il vous plait et on chouchoutte son décolleté - ceci est un indice...

Enfin, moi je dis que le blog c'est bien et c'est fun, mais que ça a aussi des vertus thérapeutiques les gars. Là pour le coup, grâce à cet article ô combien chiant pour vous, et bien moi perso, j'économise une séance chez un psy!

Merci, donc :-)

 


Pssst, prenez le temps d'aller lire ce billet tout en métaphore et en drôlerie qui offre une belle leçon de persévérance et de détermination.

 

 

16/02/2009

Yallaaaaahhhhh!

ben.jpg

 

Bon alors les copains, c'est bon? Vous avez du soleil dans le cul coeur, tout-ça-tout-ça?
Toujours pas envie de gerber après tous ces élans d'amour dégoulinant? Moi si, un peu quand même, mais réflexion faite je me dis que c'est surtout du aux fabulous breuvages ingurgités ce week-end.

 

Ce week-end.... parlons-en, tiens!

 

Ho non, point de racontages de fêtes et autres rigolades ennivrantes, entrons dans le vif du sujet, c'est que j'ai failli crever moi ce week-end les gars!

 

Wouuuhouuu ... non mais vous vous rendez compte un peu?

 

Oh!

 

Wake-up quoi!

 

Des louanges, je veux des louanges, des "je t'aime", des "comment aurait-on fait sans toi", je veux être plainte, et je veux qu'on retrouve les connards qui ont failli flinguer la vie de ma fille en m'envoyant au cimetière, bande de gros malades!

 

Un incident en bagnole samedi vers 5h du mat', incident qui m'a désaoulé direct et qui a renforcé mon envie de ne rien regretter dans le cas où tout devait s'arrêter d'un coup. Parole de moi, c'était un truc de fou et je me dois de rendre hommage à mon homme qui maitrise le volant aussi bien que ses doigts.... (oh ça va, depuis le temps vous devriez le savoir que je suis rien qu'une petite obsédée).

 

Donc ravie d'être en vie, ravie de pouvoir continuer à vous conter fleurette ici-même, ravie qu'il pleuve, qu'il fasse beau, ou qu'il vente... ravie de bosser, de danser, de n'avoir souvent que 4 ans d'âge mental... ravie de pouvoir continuer à mettre de jolies shoes, ravie d'être dans mon chez moi au chaud et bien safe... ravie de cancanner sur l'économie de marché et le développement durable (private joke to Anne) (je sais c'est naze, mais merde quoi, I'm alive les cocos, pincez-moi)... ravie de tellement de choses que j'en reviens pas moi-même d'avoir le cul autant bordé de nouilles...

 

Vous avez pigé le topo, j'ai eu chaud et j'ai eu peur, et tout, absolument tout, a une saveur particulière, un goût d'exclusivité et de grand luxe depuis cet instant, plus fort qu'un concentré de capsaïcine qui aurait eu le pouvoir exaltant de bien remettre les idées en place.

 

Pour le coup, je vous aime encore plus les loulous.... vous les lecteurs anonymes, mais aussi vous qui divaguez sec dans les commentaires, sans oublier ceusses et celles qui ont sauté dans ma vie comme par magie pour devenir de vrais potes and potesses, et puis tenez je suis tellement en joie que j'ai bien envie d'aimer aussi ceux qui ne viennent pas non plus me lire. C'est dire...

 

Bon Mardi, kiffez bien... et je finis avec ce tube de 98 qui à l'époque m'a cassé les oreilles becoz' un peu tristoune pour qui comprend l'arabe, mais là, comme ça, comme par enchantement, j'ai bien envie de mettre à fond et de l'accompagner d'un déhanchement ravageur. (Oué, genre).

 

 

 

 

Alors, who's in?

13/02/2009

La Mixtape spéciale Saint-Valentin

Il y a les pour et il y a les contre,

 

Les amoureux transis et les one-night stand-ers,

 

Les largués et les largueurs,

 

Les romantiques et les cartésiens,

 

Les célib' endurcis et les nymphos,

 

... et certes, sûrement plein d'autres encore.

 

Et puis il y a je pense, en chacun de nous, non pas forcément de grands mélomanes, mais de toute évidence des amoureux de la musique.

Alors que l'on voit à travers la Saint-Valentin un symbole fort de l'amour, ou au contraire une énième occasion de nous prendre pour des veaux, je crois que cette petite playlist spéciale 14 février s'adaptera à bien d'autres soirées chaudes qui se profileront les jours d'après.


Pour notre plus grand plaisir, trois à six chansons par ambiance histoire de bien poser les choses et d'indiquer de façon on ne plus claire mais néanmoins sensuelle, la nature de vos intentions... (merci Complex Mag):

 

SET THE MOOD, A.K.A. PRELUDE TO A TWIST:

E-Rule “Listen Up”
dead prez “Mindsex”
Nick Drake “Pink Moon” (An excellent finger-picking track!)
Erykah Badu “Rimshot”

 

ON THE COUCH, A.K.A. SIEMENS FURNITURE:

Janet Jackson “Anytime, Anyplace”
Madonna “Crazy for You”
Prodigy “Stuck to You”
Plies “Please Excuse My Hands”

 

MOVE TO THE BEDROOM, A.K.A. GET DOWN AND LAY DOWN:


Extreme “More Than Words”
Destiny’s Child “T-Shirt”
Cymande “Bra”
Mos Def “Panties”
R. Kelly “Naked”
SWV “Downtown”

 

ENTRANCE MUSIC, A.K.A. KNOCKIN’ ON HEAVEN’S DOOR:


Carl Thomas “My Valentine”
Dwele “Hold On”
Aaliyah “It’s Whatever”
Chris Brown “Poppin’”
Portishead “Glory Box”

 

DOIN’ THE DEED, A.K.A. SMASH BANDICOOT:


Trey Songz “Sticky Face”
J. Holiday “Bed”
Survivor “Eye of the Tiger”
Leon Haywood “I Wanna Do Something Freaky to You”
Philly’s Most Wanted “Please Don’t Mind”
Depeche Mode “Pleasure, Little Pleasure”

 

AFTERGLOW, A.K.A. CUDDLES ’N’ PUDDLES:


Art of Noise “Moment in Love”
Jodeci “Stay”
Daft Punk “One More Time” (Rinse, wash, repeat.)

 


The Complex Valentines Day Mixtape

 

Bon week-end à tous, bonne bourre, bonne santé, ouaf allez, joyeuses pâques aussi. Je vais essayer de rester éveillée avec seulement six heures de sommeil en deux nuits (le cap de la trentaine est clairement révolu bordel) mais qu'à cela ne tienne, tonight c'est party-time avec au programme: des amis, des amants, et donc forcément des emmerdes (Aznavour sors de ce corps, thanks).

 

J'VOUS AIIIIIME

 

(Valentine's Day on a dit. Suivez un peu, pffff!)

 

 

11/02/2009

Direction... Plein Sud!

compass_south_c.jpg


Mais dites-donc!

N'est ce pas bientôt la journée où que tout le monde il est censé s'aimer et se rouler des pelles?

Si!

Et ben moi je dis que ça ne pouvait pas mieux tomber pour vous conter le topo de ma dernière soirée poulettes, si-si, vous savez ces fameuses soirées où chaussées de nos plus jolis tâlons et parées de notre humeur la plus joviale, nous analysons la tendance à la baisse des crédits à la consommation, la plus forte depuis 27 ans aux Etats-Unis.
Grumpf... mais voui, comme de bien entendu :-)

C'est donc en pleine lignée des préoccupations qui nous taraudent tous actuellement, que nous autres, filles responsables et soucieuses de l'avenir que nous offrirons à nos enfants, avons passé non pas une, non pas deux, mais un peu plus de trois heures à .... débriefer sur l'art et la manière de se faire prodiguer un bon petit cunni.

Car oui mes chéris, que les choses soient claires: dans la vie, tout est question de priorités!

Alors zou, Messieurs pour vous, le débriefing pronto-presto:

Premier conseil: prenez le temps.

De l'avis général (par général j'entends mes 4 super poulettes et moi-même), il est reconnu que vous agissez un peu trop vite en la demeure. Pas la peine de vous jeter sur nous tel un chien assoiffé, calmos les cocos, on déguste et on savoure.
Attardez-vous devant cette délicieuse pâtisserie qui s'offre à vous, fondante et chaleureuse, et de précipitation vous ne ferez point preuve, bien au contraire, tout en douceur et avec délicatesse, vous savourerez notre intimité et ce, de façon progressive.

Secundo: Comment dire...? Salivez...

Aussi doué que vous puissiez être, dites-vous que votre dextérité ne fera montre d'aucune impression positive si votre bouche n'est pas un minimum humide. A défaut, une langue un peu trop sèche aura pour seul effet de gâcher notre plaisir, voir pire, de nous faire mal. Ce serait un comble, ravie de vous l'entendre penser.

Tercio: explorez les alentours.

Par là j'entends que viser la cible dès le départ... c'est bien. Mais s'attarder autour, flâner et taquiner l'intérieur de nos cuisses et les contours de notre précieux sésame en faisant monter la température lentement mais sûrement... c'est mieux. Le clitoris ne doit pas monopoliser toutes les attentions, alors ne vous contentez pas du service minimum surtout si vous espérez un ROI juteux.

Quarto: Trop de langue, tue la langue.

Pas de malentendu les gars, on adoooore vos petits jeux de langue évidemment, mais please intégrez l'idée qu'elle n'est pas un substitut à votre sexe. Pas la peine d'en faire des tonnes, on ne s'attend pas à ce qu'elle remplisse les mêmes fonctions qu'un membre bien aguerri, l'essentiel étant de savoir l'utiliser à bon escient en alternant par des baisers, mordillements et autres suçotements ça et là, au bon moment et au bon endroit.

Quinto: Utilisez vos doigts.

La finalité d'un cunnilingus qui score 100% de réussite tient en deux syllables interminables: Oh-OUIIIIIIII. Alors ok, c'est déjà pas mal et on vous en remercie très chaleureusement, mais rien ne nous fera autant voyager, que dis-je, complètement planer, que lorsque vous accompagnerez notre orgasme d'un agréable mouvement avec votre/vos doigt(s) de préférence en direction de notre Point G.
Je dis ça, je dis rien.

Sexto: ne rompez pas (la cadence!)

Very important, mais alors very-very important ça. Car après tant d'efforts à vous appliquer à nous mettre sur les voies du Paradis, dites-vous bien qu'il est probable que nous l'atteignions. Sauf que voilà: une fois bien en place, le rythme des mouvements de langue, de bouche, de doigts, et de mains, ne doit pas être interrompu.
En effet Messieurs, il arrive parfois que nous soyons sur le point de rejoindre Pluton lorsque soudain vous décidiez de changer d'allure ou de mouvement, et là... horreur, incompréhension, mais surtout: frustration terrible.
Il suffit simplement d'être attentif à votre nana surtout que c'est quand même pas bien compliqué de voir si oui ou non vous la menez sur la voie de l'embrasement, et si l'envolée jouissive vous semble bien engagée, pleaaaaaase, allez jusqu'au bout, ne cassez pas cette douce harmonie, ne changez pas de technique, c'est que ça marche et qu'incessemment sous peu il est probable que vos voisins viennent sonner à votre porte.

 

***

 

Voilà. Maintenant Mesdames, si vous avez d'autres choses à ajouter, à vous de jouer dans les coms et j'updaterai le billet si besoin. Quant aux Señores, je vous vois d'ici en train de frimer et de vous dire que trop fastoche, tout ça vous le savez déjà...  alors dans ce cas peut-être aurez-vous des pierres à apporter à l'édifice-du-cunni-de-rêve que vous souhaiteriez partager?

Allez...


Open-bar pour tout le monde, du bonheur et des orgasmes en pagaille,

cette semaine c'est sex, fun, et légèreté.


Becoz' in fine mes amis, dans la vie y'a qu'ça d'vrai!



 

09/02/2009

Crisis sounds so cool!

 

Allez-allez, on garde la patate malgré tout et on-est-con-tent-de-bos-ser, oué!

Bon début de semaine :-)

06/02/2009

The September Issue

wintour.jpg

 

Bon-bon, ceci est une note dont j'avais totalement oublié de vous causer, mais c'est pas plus mal vu que les news ont été confirmées et validées. Donc il est question today de cinéma, de mode, de main de fer, de petits meurtres entre amis, de jet-set, et de big bucks.

 

ok.

 

Le réalisateur R.J. Cutler a suivi Anna Wintour et son équipe pendant neuf mois avant la sortie du Vogue le plus redouté et le plus redoutable, j'ai nommé la fameuse édition de Septembre. Là en l'occurence, il s'agit de celle de Septembre 2007 dont la teneur battait tous les records de publication, tous magazines "simples" (i.e. sans supplément) confondus, en atteignant un poids de plus de 2.2kgs pour cette seule parution.

 

C'est pas clair?

 

Relisez!

 

Un shooting réalisé dans le feu de l'action qui a précédé un montage bien ficelé pour aboutir en documentaire... finalement présenté en compèt officielle lors du Festival Sundance qui s'est déroulé le mois dernier à Park City, dans l'Utah.

 

Mais autant vous dire que le monde de la Mode, de Paris à New-York en passant par Milan ou Londres, est en totale effervescence depuis 2 ans pour savoir si oui ou non ce docu sera finalement distribué en salles obscures.

 

And the answer is YES! YES! YES!

 

the september issue poster.jpg

 

L'info est ultra-confirmée, le film dont le titre n'est autre que "The September Issue", fera bel et bien le tour du monde des salles obscures courant 2009.... kick-off prévu en Septembre, forcément. (apparté: les petits loups du marketing débordent de créativité, ouh lala).

 

A priori ça va charcler sévère. Si la Miss Wintour était une tendre ça se saurait depuis perpette, mais bon, j'attends de voir le résultat... normalement gage d'un enseignement sûrement intéressant en termes de Management à la dure.

 

Nan! Pas tapé!

 

 

 

04/02/2009

L'Embellie

84551024.jpg

 

Youhouuuu? Y'a quelqu'un?


Mouais, bof, enfin, en même temps je vous comprends, des semaines sans pondre un seul billet, avouez qu'il y a de quoi exiger à être remboursé! Vous n'êtes pas vils? Vous dites? C'est bien dommage pour vous, acoquinez-vous d'un bon juriste américain et je suis sûre qu'il trouvera un vice de forme qui me renverra dans les bas-fonds des contentieux les plus tordus.


Enfin bref. Pour ce retour de moi-même sur la blogotruc, il faut que vous sachiez que ces dernières semaines ont été synonymes de changement. "Changement" comme dans "refonte des fondamentaux", "remaniement émotionnel", parfois-même "tohu-bohu", mais au final "amélioration", yeaaaah!


Donc le déménagement c'est finito. Rien de cassé, travaux effectués dans les temps, et d'ailleurs si des lecteurs niçois, monégasques, cannois ou environs recherchent de la main d'oeuvre en peinture, maçonnerie, electricité etc...., faites-moi signe! Je crois que j'ai trouvé ZE équipe meilleur rapport qualité-prix, top efficacité et sourire garantis en plus. Des petits gars au taquet à tarifs tout ce qu'il y a de plus raisonnables.


Boulot. Oué bon, boulot quoi. Pour faire court je dirai que je m'impatiente de voir les résultats concrets de mon nouveau bébé. Verdict imminent, ce qui est à mon sens la phase la plus euphorisante.


Et pour accompagner cette transition vers les plus beaux auspices, j'ai rasiboté mes cheveux tout courts, viré le blond pétasse (que j'assumais toutefois parfaitement), pour au final une coupe wannagain qui a sans doute contribué à me donner une patate de folie. C'est simple une fille, en fait.


Pour finir, un site-gadget pour la route, tenez: www.bedposted.com
Un truc futile comme j'aime, qui permet de tracker nos orgasmes et autres parties de jambes en l'air. Durée, nom des partenaires, positions adoptées, possibilité de dessiner des graphes, d'avoir des ratios, etc etc.
C'est un peu le facebook des galipettes, à la chose près que le but n'est pas de socialiser, encore que... les exhib' peuvent toujours autoriser l'accès à leur compte à ceux qu'ils souhaitent.


Cette fois c'est promis, je me remets au blog fissa avec des raconteries plus régulières et plus fun que ces derniers temps.


C'est pas tout ça, mais vous m'avez manquez les loulous.


Oué, quand même!