Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Nizza Bella | Page d'accueil | Recently sur là-bas n° 1 »

28/07/2009

It was time to leave!

la.jpg



Septembre 2003, un an après mon mariage avec ze mari, nous voici en partance pour La Cité des Anges, celle où j'ai pour habitude de me rendre en pélerinage chaque année depuis que j'y ai vécu.


Oui mais cette fois, c'était particulier. Outre les retrouvailles avec les potes et la famille d'adoption qui nous y attend, j'envisage de surprendre mon homme en prévoyant également un petit trip à Las Vegas pour un remake de notre mariage dans une chapelle Elvis-plus-kitch-tu-meurs. Je trouvais l'idée nawak et donc géniale, et ni-une-ni deux, les valises bien remplies et un cahier des charges vacances bien ficelé plus tard, nous voici en partance pour un vol Londres-LA qui dure habituellement 12 heures.

 

Haaaaa que ça a l'air bien tout ça!!!
On va vite déchanter mes petits gars, wait.


Nous sommes à peu près à la moitié du vol durant lequel tout se passe bien: petits films, papotages avec les autres passagers, repas, repos, quelques violentes perturbations qui ont le mérite de nous bercer gentiment lorsque tout à coup, je m'aperçois sur l'écran de suivi de vol qui se trouve en face de moi, que notre avion est en fait en train de rebrousser chemin, direction plein sud....

Or, ce putain de vol, je l'ai assez emprunté pour savoir que ce n'est pas du tout la bonne trajectoire et donc paniquer devant ce changement de parcours (car resituons les évènements dans leur contexte: cela se passe deux ans à peine après le fameux 9-11 qui a traumatisé pas mal de monde, y compris moi).


Bref.


Pendant une heure de valdingue up & down, je scrute minutieusement l'écran et mon impression se confirme:

 

Y A UNE COUILLE.

 

Personne d'autre que moi ne semble s'affoler, ze mari m'envoie bouler entre deux ronflements, mais finalement une annonce se fait l'écho pour nous prévenir que des perturbations climatiques nous obligent à changer de trajectoire pour nous poser à l'aéroport le plus proche de notre position dès que possible.

 

Gné?
C'est si dangereux que ça des orages?

 

Visiblement oui, mais je suis rassurée à l'idée de bientôt poser mes pattes sur le sol jusqu'à ce que, 25 minutes plus tard, une autre annonce nous avertit qu'une défaillance technique inattendue (sans déconner) nous contraint à tenter de nous poser là, tout de suite, en dépit des conditions extrêmes du temps.

 

...

 

Tenter.

 

...

 

Ce mot à la capacité d'augmenter le taux de sudité de mes mains de façon fulgurante surtout que l'appareil tangue comme j'ai rarement vu, qu'à ce stade du voyage les passagers s'affolent au moins trois fois plus que moi, et que l'on ne voit rien à travers les hublots tant le ciel est noir. Tout noir de colère.


Mais nous finissons par atterrir, soulagés, et ce n'est qu'après une demi-heure d'attente dans l'avion qu'on nous explique que nous sommes à Philadelphia.

 

Bloqués DANS l'avion.

Pendant QUATRE HEURES.

 

Vous êtes toujours là?

ok.

 

Visez le truc please: 4 heures coincés dans un avion après 6 heures de vol, il fait chaud, on a faim, on a surtout SOIF, les mômes hurlent, certains sont scandalisés, et tout le monde s'enerve. La raison de cette attente: une pièce défaillante qui doit être affrêtée pour nous permettre de repartir direction L.A. cette fois.

 

La pièce arrive, les mécanos bossent, les esprit se tassent, on nous annonce que nous sommes enfin prêts pour le décollage, zou, on y va.
Tu parles. Trois tentatives de décollages plus tard, de retours au parking, et autant de montées d'angoisse, nous décollons finalement au coeur d'une tempête pour finir ce vol dans des perturbations dignes d'une mauvaise série, mais la plupart parviennent à s'endormir, certainement épuisés par tout ce stress.

 

Moi je me dis surtout que cette accumulation d'imprévus est peut-être un SIGNE évident qu'il ne fera pas bon séjourner aux Etats-Unis cette fois-ci, et je passe sur l'attente particulièrement longue due aux nombreux retards à l'arrivée, qui aura fait que fait que nous aurons mis pas moins de 22 heures en tout pour parvenir à destination...


Ouéch Ouéch.


Une fois enfin débarqués, nous nous glissons dans l'habituelle file d'attente des douanes et c'est enfin à mon tour de présenter mon passeport à monsieur l'agent so unfriendly. Je m'en fous, je vois d'ici nos amis qui nous attendent, ça saute de partout, le magnum de champ' est fièrement brandi, mais j'entends "would you please follow me, we'd like to ask you further questions in our immigration office".

 


WHAT?


IMMIGRATION OFFICE... TA MERE!

 

Le mec m'embarque dans un bureau dont la plaque vieillie n'est autre que "CIA" et m'ordonne de laisser à mon mari mes bijoux, bagages, argent, etc.... et lui conseille par la même occasion de ne pas m'attendre. ?????

 

Je vous passe les six heures qui ont suivi les amis, l'intimidation violente des officiers de l'immigration, de la CIA, des flics et que sais-je encore, la prise d'empreintes, les questions tordues à te rendre fou posées dans tous les sens, la fouille au corps gerbante, les photos, et in fine: la cellule glauque où on te laisse pourrir quelques heures histoire de boucler la boucle.

 

easyjet.jpg

Pourquoi? Parce que j'ai eu la mauvaise idée de rester aux Etats-Unis 93 jours d'affilée à une époque dont je ne me souvenais même plus, et qu'il faut bien l'avouer, j'ai mulitplié les allées et venues pendant quelques années. J'ai été incapable de leur expliquer pourquoi j'avais dépassé de trois jours le visa de touriste qui nous est automatiquement attribué, à nous autres ressortissants français, et cela m'a valu au final:


- un emprisonnement de quelques heures


- la traversée du vaste aéroport de LAX, menottes aux mains, encadrée par deux colosses armés


- de reprendre l'avion le lendemain matin accompagnée par ces mêmes colosses, passeport confisqué et confié au pilote


- et surtout, surtout-surtout: INTERDICTION DE REMETTRE LES PIEDS AUX USA POUR LES 10 ANNEES A SUIVRE.

 

 

Alors oui. Quand Buzz Paradise m'a demandé de raconter une anecdote embarrassante m'ayant obligée à quitter un pays alors que je venais d'y arriver, j'ai rapidement repensé à ce fiasco même si j'en ai bien deux autres en stock!

 

It's Time to Leave.... la dernière campagne Easyjet vaut sérieusement le détour avec un petit module bluffant à découvrir ICI, en tout cas moi j'ai bien rigolé!


 

Les voyages forment la jeunesse.... tout est dit :-)!!

 

 

Commentaires

Truc de dingue ton histoire là Juju...!
Sérieux c'est l'hallu... Tu le vois dans un film, tu te dis que ça va un peu loin... Alors quand tu sais que c'est une true story...
J'ai eu droit à l'immigration office au Canada, mais ça s'est mieux passé quand même.

Écrit par : Tode | 28/07/2009

ouaw alors là c'est de l'histoire vraie de ouf malade !
c'est compliqué pour aller chez eux quand même ! la tunisie c'est plus simple !
bon on va dire que pire ça aurait été de finir comme tom hanks dans le terminal ...

Écrit par : Mlle A | 28/07/2009

Non j'espère que tu déconnes là! j'ai du mal à croire en ton histoire, parce que :
1 . les tentatives de décollage comme si c'était des tentatives d'allumage d'un moteur de zodiac, je trouve ça gros : )
2. 4h+6h sans baiser, pour toi c'est impossible.
3. la CIA s'en branle d'une blondasse française qui a grillé son visa de 3 jours, ils ont assez a faire avec les barbus basanés!
4. C'est le FBI et non la CIA qui intervient sur les délits d'immigration.
5. Comment t'as pu retourner aux USA avant 2013?!
Mais sinon t'as pris ton pied lors de la fouille rectale? après 22 heures de voyage, ne me dit pas que t'as pas aimé : )

Écrit par : M1 | 29/07/2009

@ Tode: dingue ouép, on est d'accord. Mais le pire dans l'histoire, c'est que je les aime quand même figure-toi!! T'as eu l'immigration office au Canada? Pourquoi?!!

@ Mlle A: la Tunisie c'est cool, avec mon nom de jeune fille je passe sans problème là-bas par contre! lol

@ M1: ah ben voyons, ça m'aurait étonné ça tiens! :-)
1- j'ai abrégé l'épisode des tentatives de décollages, mais y'a matière à en faire un billet complet, c'est certainement le passage le plus flippant en ce qui me concerne.
2 - salaud! je peux même faire grève du cul pendant 15 jours si je veux :-)
3 - exact, c'est le FBI qui gère les merdouilles d'immigration, et en l'occurrence ils m'ont bien fait chier aussi, mais je suis bien rentrée dans un bureau CIA peu après mon "arrestation". Tête de mule!
4 - à ton avis, comment j'ai pu y retourner? J'ai couché pardi! (et aussi j'ai fait moultes démarches chiantes qui m'ont valu de ne pas pouvoir y mettre les pieds pendant 1 an, mais c'est chose réglée ou presque. - un peu trop complexe pour expliquer ici coco).
Spèce de chieur que j'aime!

Écrit par : Julie BBG | 29/07/2009

Quelle histoire de dingue!!!! Ca rigole pas avec les Americains, franchement pour 3 jours depasses, c'est pas un peu extreme leur facon de faire?

Écrit par : Sonia-FashionBox | 29/07/2009

Oulaaa c'est quoi st'histoire de dingue "wech!" ! T'as du être extra dégouté après tout sa! A ta place j'aurais été dévasté! Autant de temps de voyage pour rien...

Alors coucher sa marche??!! Tin' j'aurais pu y penser quand je me suis fait recaler à l'enregistrement pour le grand départ à Bangkok parce que mon passeport été plus depuis la veille....!!

Écrit par : Enaco | 29/07/2009

@ Sonia-FashionBox: si, bien sûr que c'était abusé, mais 9-11 ayant renforcé leur méfiance, encore moins de raisons de faire dans le 1/2 mesure tu penses bien!

@ Enaco: meeeuh non pas dégoutée et encore moins dévastée! Juste hallucinée de me voir traitée comme ça mais tu vois bien, ça fait des souvenirs ces saloperies :-)
Oui coucher ça marche, quelle question! lol Je pensais qu'un passeport avait normalement quelques mois de validité supplémentaires après sa date d'expiration... wtf alors?

Écrit par : Julie BBG | 31/07/2009

Sinon tu continues à coucher pour pouvoir entre aux states? mais c'est dégueulasse que tu subissent ça!
Ben sinon la grève du cul c'est pour 30 journées maintenant, mais les nuits c'est quartier libre ; )

Écrit par : M1 | 22/08/2009

C'est vrai que l'avion peut subir des intempéries à répétition. Mais il faut aussi dire que sans avion on mettrait des semaines pour aller à LA.

Écrit par : chaise design pas cher | 13/02/2012