free website hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-06 | Page d'accueil | 2009-08 »

31/07/2009

Recently sur là-bas n° 1

1.jpg

 

Merdeeeeeeeeeeeeeuuuu j'ai le blues!

 

(enfin non, mais je me donne une contenance pour le blog, ça marche ou pas?)

 

Dernier jour de crèche pour ma progéniture chérie en ce jour de fin juillet, celle-là même où elle déambulait en couches, où elle articula ses premiers mots, où je la laissais le coeur serré à 3 mois à peine pour aller bosser à 7h30 du mat' bordel, c'est fini tout ça, la prochaine rentrée se déroulera le 3 septembre in ze école maternelle, et comment dire.... aïe, ouille, merci pour le coup de vieux sur le coin de la tronche!

 

Je crois que le plus troublant est d'avoir la mémoire parfaitement claire quant à MA première rentrée des classes qui eut lieu à Londres, et d'avoir pensé toutes ces années que lorsque j'aurais moi-même un enfant à éduquer, je serai bien plus mature que "CA", plus posée, plus sérieuse, plus appliquée, plus raisonnée, plus convenable, enfin bref: PLUS CHIANTE!

 

Je pourrais épiloguer deux heures là-dessus mais je suis pressée rapport au fait que j'ai un bronzage à peaufiner et plein de cadeaux à distribuer, donc je vous renvoie gentiment vers mes autres billets et vous souhaite un week-end du feu de dios!:

 

- Un site web qui recense tous les festivals et évènements musicaux à travers la France cet été, dont une grande partie gratos: http://bit.ly/4ADYjf

 

- Des Reeboks Basquiat reprenant ses célèbres graffitis en vente chez Colette (by Emilie): http://bit.ly/hSehY


- Un autre site qui propose du prêt-à-porter comme il faut à PRIX COUTANT: http://bit.ly/8mHWp


- L'expo Louis Vuitton très sympa, à découvrir avant le 23août (by Emilie): http://bit.ly/k6FgJ


- Des polaroïds en bijoux, c'est excellent et à voir aboslument (by Emilie): http://bit.ly/r12S6


- Editer son livre c'est désormais facile et gratos, toutes les infos sont là: http://bit.ly/4t5Cyx

 

 

Amen

 

(c'est Shabbat).

 

:-)

 

28/07/2009

It was time to leave!

la.jpg



Septembre 2003, un an après mon mariage avec ze mari, nous voici en partance pour La Cité des Anges, celle où j'ai pour habitude de me rendre en pélerinage chaque année depuis que j'y ai vécu.


Oui mais cette fois, c'était particulier. Outre les retrouvailles avec les potes et la famille d'adoption qui nous y attend, j'envisage de surprendre mon homme en prévoyant également un petit trip à Las Vegas pour un remake de notre mariage dans une chapelle Elvis-plus-kitch-tu-meurs. Je trouvais l'idée nawak et donc géniale, et ni-une-ni deux, les valises bien remplies et un cahier des charges vacances bien ficelé plus tard, nous voici en partance pour un vol Londres-LA qui dure habituellement 12 heures.

 

Haaaaa que ça a l'air bien tout ça!!!
On va vite déchanter mes petits gars, wait.


Nous sommes à peu près à la moitié du vol durant lequel tout se passe bien: petits films, papotages avec les autres passagers, repas, repos, quelques violentes perturbations qui ont le mérite de nous bercer gentiment lorsque tout à coup, je m'aperçois sur l'écran de suivi de vol qui se trouve en face de moi, que notre avion est en fait en train de rebrousser chemin, direction plein sud....

Or, ce putain de vol, je l'ai assez emprunté pour savoir que ce n'est pas du tout la bonne trajectoire et donc paniquer devant ce changement de parcours (car resituons les évènements dans leur contexte: cela se passe deux ans à peine après le fameux 9-11 qui a traumatisé pas mal de monde, y compris moi).


Bref.


Pendant une heure de valdingue up & down, je scrute minutieusement l'écran et mon impression se confirme:

 

Y A UNE COUILLE.

 

Personne d'autre que moi ne semble s'affoler, ze mari m'envoie bouler entre deux ronflements, mais finalement une annonce se fait l'écho pour nous prévenir que des perturbations climatiques nous obligent à changer de trajectoire pour nous poser à l'aéroport le plus proche de notre position dès que possible.

 

Gné?
C'est si dangereux que ça des orages?

 

Visiblement oui, mais je suis rassurée à l'idée de bientôt poser mes pattes sur le sol jusqu'à ce que, 25 minutes plus tard, une autre annonce nous avertit qu'une défaillance technique inattendue (sans déconner) nous contraint à tenter de nous poser là, tout de suite, en dépit des conditions extrêmes du temps.

 

...

 

Tenter.

 

...

 

Ce mot à la capacité d'augmenter le taux de sudité de mes mains de façon fulgurante surtout que l'appareil tangue comme j'ai rarement vu, qu'à ce stade du voyage les passagers s'affolent au moins trois fois plus que moi, et que l'on ne voit rien à travers les hublots tant le ciel est noir. Tout noir de colère.


Mais nous finissons par atterrir, soulagés, et ce n'est qu'après une demi-heure d'attente dans l'avion qu'on nous explique que nous sommes à Philadelphia.

 

Bloqués DANS l'avion.

Pendant QUATRE HEURES.

 

Vous êtes toujours là?

ok.

 

Visez le truc please: 4 heures coincés dans un avion après 6 heures de vol, il fait chaud, on a faim, on a surtout SOIF, les mômes hurlent, certains sont scandalisés, et tout le monde s'enerve. La raison de cette attente: une pièce défaillante qui doit être affrêtée pour nous permettre de repartir direction L.A. cette fois.

 

La pièce arrive, les mécanos bossent, les esprit se tassent, on nous annonce que nous sommes enfin prêts pour le décollage, zou, on y va.
Tu parles. Trois tentatives de décollages plus tard, de retours au parking, et autant de montées d'angoisse, nous décollons finalement au coeur d'une tempête pour finir ce vol dans des perturbations dignes d'une mauvaise série, mais la plupart parviennent à s'endormir, certainement épuisés par tout ce stress.

 

Moi je me dis surtout que cette accumulation d'imprévus est peut-être un SIGNE évident qu'il ne fera pas bon séjourner aux Etats-Unis cette fois-ci, et je passe sur l'attente particulièrement longue due aux nombreux retards à l'arrivée, qui aura fait que fait que nous aurons mis pas moins de 22 heures en tout pour parvenir à destination...


Ouéch Ouéch.


Une fois enfin débarqués, nous nous glissons dans l'habituelle file d'attente des douanes et c'est enfin à mon tour de présenter mon passeport à monsieur l'agent so unfriendly. Je m'en fous, je vois d'ici nos amis qui nous attendent, ça saute de partout, le magnum de champ' est fièrement brandi, mais j'entends "would you please follow me, we'd like to ask you further questions in our immigration office".

 


WHAT?


IMMIGRATION OFFICE... TA MERE!

 

Le mec m'embarque dans un bureau dont la plaque vieillie n'est autre que "CIA" et m'ordonne de laisser à mon mari mes bijoux, bagages, argent, etc.... et lui conseille par la même occasion de ne pas m'attendre. ?????

 

Je vous passe les six heures qui ont suivi les amis, l'intimidation violente des officiers de l'immigration, de la CIA, des flics et que sais-je encore, la prise d'empreintes, les questions tordues à te rendre fou posées dans tous les sens, la fouille au corps gerbante, les photos, et in fine: la cellule glauque où on te laisse pourrir quelques heures histoire de boucler la boucle.

 

easyjet.jpg

Pourquoi? Parce que j'ai eu la mauvaise idée de rester aux Etats-Unis 93 jours d'affilée à une époque dont je ne me souvenais même plus, et qu'il faut bien l'avouer, j'ai mulitplié les allées et venues pendant quelques années. J'ai été incapable de leur expliquer pourquoi j'avais dépassé de trois jours le visa de touriste qui nous est automatiquement attribué, à nous autres ressortissants français, et cela m'a valu au final:


- un emprisonnement de quelques heures


- la traversée du vaste aéroport de LAX, menottes aux mains, encadrée par deux colosses armés


- de reprendre l'avion le lendemain matin accompagnée par ces mêmes colosses, passeport confisqué et confié au pilote


- et surtout, surtout-surtout: INTERDICTION DE REMETTRE LES PIEDS AUX USA POUR LES 10 ANNEES A SUIVRE.

 

 

Alors oui. Quand Buzz Paradise m'a demandé de raconter une anecdote embarrassante m'ayant obligée à quitter un pays alors que je venais d'y arriver, j'ai rapidement repensé à ce fiasco même si j'en ai bien deux autres en stock!

 

It's Time to Leave.... la dernière campagne Easyjet vaut sérieusement le détour avec un petit module bluffant à découvrir ICI, en tout cas moi j'ai bien rigolé!


 

Les voyages forment la jeunesse.... tout est dit :-)!!

 

 

24/07/2009

Nizza Bella

2.jpg

 

Mais non, faut pas prendre tout ce que je dis à la lettre va!

 

Tout zapper et tout recommencer... c'était une figure de style si vous voulez, un genre de je me la raconte borderline histoire d'injecter une bonne dose d'égo à mon passe-temps virtuel. Ouééé je sais, je suis un vrai petit bout en train malicieux, ouh la la.

 

Alors il faut que je vous dise.

 

Cinq ans que j'habite à Nice. Ah oué, c'est passé vite finalement cette affaire. Sur ces cinq années, on va dire qu'il en a bien fallu deux pour m'y habituer, mais il faudra aussi avouer qu'après cinq ans de fiestas notoires in London City, l'atterrissage made in socca et farniente fut rude. Plan-plan quoi, l'ambiance, à la base.

 

Je vous passe l'historique des trois années qui suivirent, fast forward on est là, ici et maintenant, bien en place sur la Côte d'Azur.

 

 

Que j'aime.


Grave!

 

Les gens.

Les odeurs.

Le rosé.

Les cancans.

Les plages.

Nice-Matin.

La vieille-ville.

L'accent.

Le Tram'.

Le Mistral.

La daube.

Le ski et l'Italie, si proches.

Cannes et Monaco, nos voisins.

Le soleil toute l'année.

Et la vie cool, in fine.

 

J'ai mis du temps à aimer cette ville et cette région, moi la citadine pure et dure qui n'accordait aucune importance aux saisons, qui ne vivait que dans l'urgence et le speed, et qui avouons-le, vomissait de préjugés ridicules (vilaine).

 

Pourtant ça y est, j'aime officiellement Nizza & la beautiful Côte d'Azur, du coup j'ai pensé qu'il était temps que je vous fasse découvrir quelques adresses du coin qui valent le détour! (je rêve ou vous cachez votre joie là?)

 

Hop Hop passons aux choses sérieuses - c'est mon crédo vous savez bien - et penchons-nous sur les bons cocktails made in chez-nous.

 

Je ne vous parle pas de cocktails so hype que vous ne trouverez nulle part ailleurs, je vous cause modestement de Mojitos, Pina Coladas, Daïquiris et autres bons vieux classiques, qui peuvent en effet se révèler d'un ennui monstre lorsque la réalisation est approximative, mais par ailleurs tout à fait envoûtants s'ils sont parfaitement préparés!

 

Donc sur Nice j'ai écumé nombre de bars branchouilles ou pas, restos, terrasses d'hôtels han-han, plages, et autres lieux de débauche, avant de tomber sur l'elixir qui te fait mouiller en cinq-sept.

 

Mmmmm, suspense, pan-pan, j'ai nommé....

 

 

1.JPG

 

CASTEL PLAGE!

 

Que ce soit clair: on n'y va pas forcément pour bronzouiller sur la plage ni pour y faire la bringue, on y va le soir à la fraîche, une table au bord de l'eau et un groupe de jazz déjanté pour te faire la sérénade groovy bien comme il faut.

Et ZE cocktails putain!... des pures bombas pour le palais, une effusion pour les neurones, loin, très très loin des sirops dégueu que j'ai pu ingurgiter depuis le temps.

 

12 Euros l'orgasme, trèèèès largement servi, dosé à la perfection, juste ce qu'il faut pour te retourner les méninges et te faire comprendre que réaliser un bon cocktail: heeyyyy! C'EST DU SERIEUX!

Pour ne rien gâcher à l'affaire, le cadre est idyillique avec une vue imprenable sur l'ensemble de la Baie des Anges, le service est au TOP (et c'est pas du luxe dans notre coin, surtout en été), l'ambiance très agréable branchouille juste ce qu'il faut option classe, et bien sûr les cocktails qui déchirent leur mère sont à un prix super correct.

 

Zou, fiche technique:

 

CASTEL PLAGE - Quai Rauba-Capeu à Nice - Tel: 04 93 85 22 66 - www.castelplage.com
Y aller le week-end pour une ambiance plus sympa
Le soir, pour tripper sous les étoiles c'est mieux
Réservation obligatoire.
Cocktails à 12 Euros, amen.
Et ne pas hésiter à y diner, mention spéciale pour les poissons qui atomisent simplement les papilles, compter environs 70 Euros/pers vin compris.

 

Alors... qui est-ce qui va emmener son plan cul de l'été siroter un aphrodisiaque au bord de l'eau? :-)

 

Je reviens vite et vous souhaite un VERY SEXY SUMMER!!

 

Life is Goody Good!

 

08/07/2009

Nous défendre quelque chose, c'est nous en donner envie* (Part One)

1.jpg

 

Des tas d'envies...

 

  • être une reine de la danse orientale

 

  • faire le tour du monde avec mon sac à dos

 

  • et faire quatre enfants aussi

 

  • plonger dans la mer à la nuit noire, flipper, recommencer

 

  • découvrir que j'ai un peu la main verte

 

  • devenir trilingue english-arabic-chinese

 

  • et avoir les tripes de sauter en parachute

 

  • m'envoyer en l'air dans une limousine

 

  • apprendre à wakeboarder et à kitesurfer

 

  • voyager en business class

 

  • pour aller aussi loin que possible

 

  • me réincarner en Richard Branson

 

  • quoiqu'en Jessica Biel je prends volontiers

 

  • maitriser le piano, la batterie aussi

 

  • être amoureuse du feu de dieu

 

  • laisser une trace à la postérité

 

  • et prendre de vraies belles photos

 

  • réussir ce putain de Far Breton

 

  • et cette salope de Mayonnaise

 

  • tout zapper, et pourquoi pas tout recommencer

 

 

Oué j'ai du pain sur la planche mais ma oumi n'a eu de cesse de me dire que qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve une excuse, donc ........

 

Go! Go! Go! One at a time, je suis sûre que je peux y arriver !!!

 

:-)

 

 

* Montaigne

 

06/07/2009

Kate Moss fait sa Billie Jean

 

Cette vidéo date de l'an 2000, où, après un shooting pour le magazine Harper's Bazaar, Kate Moss et les photographes Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin ont tranquillement chillé autour de drinks et de musique. Puis Billie Jean de MJ est diffusé et la brindille se trémousse tel le roi de la Pop et s'essaye à imiter ses mouvements de danse uniques.

 

C'est improvisé et c'est surtout fresh so fresh!

 

 

En route pour une nouvelle semaine!

 

Stay focused and SMILE, always!!

 

03/07/2009

AA GOOD IN BED....?!

1.jpg

 

Alcooliques Anonymes Good In Bed??? Non mais ça va pas bien ou quoi! L'alcool n'a jamais boosté les performances sexuelles de qui que ce soit, bande d'obsédés!


Naaan je vous cause de AA... American Apparel.

 

Je dois dire que plus ça va et plus je suis perplexe quand je vois certaines de leurs dernières créations. J'en viens même à me demander si leur stratégie est de vendre sur la base supposée de jolies fringues mettables et de bonne qualité, ou de vendre grâce à du buzz, encore du buzz, toujours du buzz... surtout s'il s'alimente de la controverse?

 

Bref, j'ai repéré au moins quatre pièces actuellement en vente sur le site et qui méritent qu'on s'y attarde un peu.... jugez-vous même:

 

 

&.jpg

 

1: la pseudo robette moulante en nylon/spandex est comment dire?

 

LOL?

 

Bonjour le paradoxe, et si quelqu'un peut m'expliquer quel est l'intérêt d'y coller des manches longues, je prends!

 

2: l'espèce de mini-top pour homme... je sais pas, le styliste qui a pondu cette idée est peut-être un nain mais je n'excuse pas, c'est NO WAY.

 

3: quant au body doré zippé, emballé-c'est-pesé, j'achète ça direct (le jour où je change de carrière pour me lancer dans le porno).

 

4: pour finir, les collants cul-nu qu'on a vu un peu partout, là je pige pas non plus et je me dis que les designers souhaitent simplement encourager la pratique de la sodomie (ce qui n'est pas une mauvaise chose en soi, soyons clairs), mais qu'est ce que c'est MOCHE!

 

Enfin bon, dans ce bordel fashionesque, le moins que l'on puisse dire c'est que la marque est LOGIQUE puisqu'elle vient de nous sortir une ligne de draps de maison. Si-si.

 

 

Retour à la case départ donc, AA nous permet désormais de nous envoyer en l'air dans SES draps en portant SES créations.

 

Et la boucle est bouclée :-)

 

 

Cherry on ze post:  suivez le guide par là pour un bon plan shopping online girly-tendance ...

 

01/07/2009

Ca va vous? Moi, au poil!

1.jpg

 

Je trouve que dernièrement, on a un peu (trop?) causé mode ici et du coup omis de rappeler que le nerf de la guerre c'est, c'est, c'est....... ??????

 

Le cul mes bichons, le cul!

 

Je n'ai pas de découverte particulière à partager avec vous mais n'hésitez pas à m'envoyer vos suggestions pour pimenter mes nuitées et je dis pas ça parce que je suis maquée avec le même mec depuis dix ans on est d'accord, mais il y a tout de même un sujet que j'aimerais bien éclaircir histoire de pas crever idiote:



Les P O I L S.

 

Ou plutôt la pilosité masculine, ailleurs que sur le visage et le torse.

 

Alors qu'est ce que c'est que cette histoire que de nos jours, les mecs s'épilent la zone du zguegue & consorts de façon plus ou moins appliquée pour se sentir plus "frais", plus "doux", plus "propres", et surtout m'a-t-on-dit pour (se) procurer encore plus de plaisir lors des ébats amoureux?

 

WTF?

 

Je vous le demande.

 

Il y a quelques années, le sujet était tombé sur la table mais je dois dire que je n'y avais guère prêté attention puisque mon mec ne s'encombrait pas lui-même de ces considérations pilaires et c'est toujours le cas aujourd'hui.

 

Pas de ratissage. Pas de rasage. Et encore moins d'arrachage.

 

Et-ça-me-va.

 

Je dois dire que j'ai bien cru à une blague lorsque nous avons eu cette petite discussion entre amis... qui de m'affirmer que tous les mecs s'épilent, qui de me dire que c'est ultra-bueno pour amplifier les sensations, qui de me prendre pour la truffe so has-been de l'année 2009.

 

MAIS. MAIS. MAIS.

 

C'est que les poils, moi, ils me stimulent.

 

Symboles de virilité, d'animalité, de puissance... j'aime y glisser ma bouche et mes doigts, et cela suffit amplement à euphoriser mon miiaawwwww. A l'inverse, un homme imberbe me laissera... comment dire? Je peux pas (no offense les lustrés, mais vous admettrez que c'est comme les gros et les petits seins: t'as les pour et les contre de chaque catégorie).

 

Pensez-bien que j'en ai touché un mot à l'intéressé qui m'a répondu:

 

"et donc ta prochaine lubie ça va être de me faire porter des chaussures à talons aussi?"

 

(pffff mais n'importe quoi vous.... il a peut-être raté le virage de la metrosexualité, mais lui ne me tape pas de crise si je bousille sa chemise so expensive dans un élan de prends-moi-là-tout-de-suite).

 

Bref, j'ai bien prétexté l'argument imparable des fellations dix fois plus rock'n'roll, mais non, pas moyen... semblerait que monsieur y trouve déjà son compte et c'est pas moi qui le dis. Alors dites-moi, qui dans la salle pratique l'épilation des private male parties, depuis quand, quelles sensations so crazy ça vous procure, et bien sûr qu'en pensent les nanas?

 

Allez hop, on benchmark sérieux please!

 

Merci :-)