free website hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2010

Terrassée

901773265.jpg

 

Jamais je n'eus besoin de faire un quelconque effort de mémoire pour me souvenir de la première fois. La première fois que je le vis, cet instant où son regard d'homme dominateur croisa mes yeux d'enfants, le premier jour du reste de ma vie.

 

Mon père m'avait prévenue: maman malade avait besoin de repos pour espérer guérir, il ne fallait pas que je m'inquiète, une infirmière à domicile s'occuperait d'elle.

 

Il promit de m'appeler tous les soirs et ferait en sorte que je rentre à la maison deux week-end par mois, j'allais de toutes façons être tellement choyée que je ne verrai pas le temps passer.

Ce serait leur couple d'amis, les Paronait, qui me garderait. Elle, si généreuse, si amoureuse mais souffrant de ne pas pouvoir enfanter, promettait de s'abandonner à moi de sorte que je ne souffre pas de l'éloignement familial. Lui, si prévoyant, diplomate instruit presque érudit, se faisait une joie de me transmettre son amour des livres.

 

La passation se déroula comme prévu au Café du Marché mais elle préféra missioner son mari au point de rencontre afin de s'affairer aux fourneaux en prévision de mon imminente arrivée. Nous y restâmes une demi-heure au terme de laquelle mon père me dit au-revoir dans des sanglots que je ne comprenais pas, puis nous avançâmes doucement vers la voiture, cet homme et moi, en route vers ma nouvelle vie.

 

Je me retourna une dernière fois pour observer ces chaises inoccupées sous ce ciel maussade, mais jamais je ne pu imaginer que cette scène serait le reflet précis de l'avenir sombre et angoissant qui m'attendait, des nuits troubles et honteuses que j'allais subir pour me propulser dans un monde d'adultes nauséeux où seuls le vide et le tourment s'apprêtaient à peupler mon enfance volée.

 

 

Ceci est ma contribution au Jeu d'écriture(s) orhestré par Madame Kévin et Lizly. Merci à elles.


30/01/2010

Facebook: attention danger

FB.jpg

 

Les zamis, savez-vous qu'il est possible d'être narcissique et schizo au point d'avoir deux profils Facebook, deux profils twitter, et deux blogs?

 

J'essaie de dissocier les infos que je communique sur ces doubles-vies virtuelles et on peut dire que mon profil facebook perso, c'est à dire celui auquel très peu d'entre vous ont accès, est un peu mon catalogue d'auto-promotion.


Des photos de mes vacances, des photos de mon homme, de ma tronche de cake après quelques verres, mais surtout des photos de ma fille en veux-tu-en-voilà...: ma tata de Bab-El-Oued peut les consulter et mes copines de Lalaland itou.



Et tu vois pas que cette semaine, alors que je venais de télécharger quelques photos de mini-me dans diverses situations sur mon compte Facebook personnel donc, un ami avocat m'alerte quasi-instanténement pour me dire "non Julie! enlève ça tout de suite, crois-en mon expérience, c'est la pire des conneries à faire"!!

 

What???? Mais pourquoi? Mon compte est encore mieux sécurisé que le Kremlin, de quoi me causes-tu l'ami??

 

Je vous passe les échanges qui ont suivi et vous signale donc la chose suivante qui me vient de source sûre (entendre juriste doublé de contacts aux RGs):

 

Tous les paramètres de sécurité que nous installons sur nos profils sont bidons et facilement crakables. Il est apparemment fréquent que les photos d'enfants diffusés sur Facebook à usage privé se retrouvent finalement entre les mains de pédophiles sur leurs réseaux de grands malades. Mon pote m'a indiqué avoir hélàs à traiter de genre de dossiers beaucoup plus souvent qu'on ne le pense (!), et là, inutile de vous dire que pour une mère, ce genre d'infos fait l'effet d'un électro-choc.

 

J'ai du coup supprimé quasiment toutes les photos où ma progéniture apparait et vous conseille d'en faire autant.



A bon entendeur... yé vous souhaite un bon week-end :-)

 

16/01/2010

Peillon paye ta chaise vide!

1.jpg

 

Salut les jeunes, oui oui bon, ici on est sur un blog de nana futile dont la vie est rose et insouciante évidemment, tasspé niaise qui se contrefout royalement de l'actualité merveilleuse qui ornent nos LCDs au moment du 20h, mais quand même. Un petit rewind du débat qui (n')eut (pas) lieu pendant que je trinquais à quelques verres de Sagesse 2008 avec une amie en ce jeudi 14 janvier.

 

Ouh la calmez-vous. Point de révélation tonitruante ni de prise de position drastique, relisez le premier paragraphe, ha!, mais une simple petite remarque indépendamment du fait que je sois de gauche ou de droite.

 

Vincent Peillon avait accepté de participer à l'émission "A vous de juger" lorsque cela lui avait été proposé lors de la mi-décembre 2009; consentement attribué, je suppose, en relative connaissance de cause des conditions dans lesquelles se déroulerait le programme, à savoir sous la forme d'un débat ou d'un face à face traitant de l'évènement politique du mois.

 

Ainsi, chaque mois, les clowns qui représentent notre belle République se bousculent au portillon du PAF qui du mieux-mieux ira descendre l'adversaire et tirer la couverture sur leur nez rouge, et l'émission d'Arlette Chabot ne fait pas figure d'exception. Tout y passe, de l'insécurité à l'affaire Clearstream, de la crise financière aux Européennes, bref, l'actu en quasi-temps réel et qui fait jaser, cette émission réalisée en direct est une émission de débats politiques, et putain, ON-LE-SAIT.



Alors quoi?

 

La thématique du débat de jeudi n'a pas plu à Monsieur Peillon?
Aaaaah.

 

L'idée de se trouver face à Eric Besson et à Marine Le Pen l'agaçait?
Ooooooh.

 

 

Françaises, français, j'ai un scoop pour vous:


désormais nos politiques vont encore plus nous prendre

 

pour des cons.

 

 

Si si, c'est possible les gars!

 

Figurez-vous que dès à présent, ils auront la liberté de ne pas se pointer aux débats auxquels ils sont censés participer s'il s'avérait que le sujet ne leur convenait pas.. mais aussi le droit de nous planter si tant était que leur contradicteur ait le culot de ne pas militer au sein du même parti.

 

C'est énorme je trouve.

Et ça donne envie de voter.

Beaucoup-beaucoup-beaucoup.

 

Peillon refuse le débat évidemment sensible sur l'identité nationale.... débat public qui lui aurait permis de descendre dans l'arène et d'exprimer la position socialiste. Par contre il devient bien plus coopératif lorsqu'il s'agit d'occuper une double-page dans le journal people VOICI comme ce fut le cas à l'automne dernier.


Hein? Quoi?
Lâcheté vous dites?

 

Mais non mais non, it's just business as usual, i.e. du grand nawak.

 

12/01/2010

Because I'm worth it!

1.gif

 

Oh ça oui, avant que l'Oréal ne me pique cette désormais célèbre baseline (peuh), la seule chose que je trouvais à répondre lorsque je faisais l'objet d'un compliment, c'était cela: because I'm worth it...... baby/ connard/ chef/ sexy.

 

Et puis j'avoue, ce début 2010 me donne matière à réfléchir à des trucs bien relous mais qui me font avancer (OPI ou Essie, iPhone ou BlackBerry, Topshop ou Assos... j'ai les méninges au bord de l'implosion) et tu vois pas lecteur que j'en ai dressé le top trois des compliments que j'aime recevoir quand je suis toute chalala.

 

L'apogée du narcissime, fuck you very much.

Mais un narcissime participatif puisque petit biquet je vais te l'étaler sur ton 17 pouces.

 

Le waaaaa, c'est maintenant. (j'entends rien).

 

Primo:


Tu es irremplaçable

 

Ouh là, celle-là je l'ai pas entendue souvent mais crois bien que lorsque je l'ai prise en pleine face, je l'ai appréciée surtout lorsqu'elle s'accompagnait des actes qui vont bien. Genre: "tu es tellement irremplaçable que je vais te tenir la bassine quand tu vas gerber de ton énième cuite" ou que "je vais aller au Spar et faire la queue à la caisse avec pour unique achat dans les mains cette maxi-boite de Tampax Super Plus" ou que  "je vais prendre la voiture un dimanche matin à 8h pour trouver les meilleurs croissants de la ville et te les servir au petit-déj".

 

Et oui les gars, call me nunuche, mais l'amour pour moi, c'est tout cela, surtout.

 

Deuxio:

Ne Change rien

 

Ma préférée, de tellement loin que ça me semble évident. La petite phrase courte mais pan, qui te fait entendre que ton mec met une option sur le package complet, avec tes qualités et tes défauts, ta poitrine plongeante et tes rondeurs aux hanches, ton esprit aiguisé et ton humour de merde.

Le topo simple, bref et précis qui aura pour effet de booster tes oestrogènes, une petite bomba d'apéritif, et en ce qui me concerne un des plus beaux cadeaux que j'ai jamais reçus: ces trois mots gravés sur l'argent d'un bracelet. Soupir et re soupir, please rewind :-)

 

Tercio:

Je suis fier de toi.

 

Je ne vous apprends rien en vous disant que l'admiration réciproque est l'un des socles d'un couple qui roule, et qu'à défaut, dring-dring, "my name is les emmerdes et je vais te pourrir ton histoire".

Une femme qui ne se sent pas soutenue dans ses choix quels qu'ils soient (Manolo Blahnik ou Jimmy Choo, Elle ou Grazia, Baron ou Chacha, putain ça refume) sera bien souvent blessée , et il me semble que l'inverse est aussi vraie. Bref, lorsque l'admiration qui traduit une forme d'attention et d'appréciation est altérée, je soutiens mordicus que l'histoire est dead car cette admiration coute que coute traduit avant tout: de l'amour.

 

 

Sinon je précise que j'ai jamais pris option latin et que j'aime les fessées mais que c'est pas pour autant que je fais dans le SM. Une petite digression de plus ou de moins, on n'est plus à ça près, upside inside out, livin La Vida Loca, she'll push and pull you down, livin La Vida Loca, her lips are devil red, lalalalala....

 

Je t'aime aussi :-)

 

04/01/2010

Vu sous cet angle...

 

J'hésite entre MMMMM, YUUMMM, ou UUUMMMM.

 

1.JPG

Les trois? Ok les trois!

 

Mais alors who's that hottie? Je n'avais jamais remarqué cet aspect là de sa... personnalité et je dois dire que je comprends mieux!

 

En couverture du Vanity Fair de février, je te demande c'est?? c'est?? c'est??????

 

 

MMUUMMYUMMMMMMYUUUMMUUMMM

 

I say YES.

 

02/01/2010

Il y a 3 ans, pendant que vous cuviez...

... je venais de me taper 24 heures de aïe, ouille, sa mèèèèèèèère !

 

Trois ans les gars, trois ans que j'ai réussi à mettre un visage au mot bonheur et que je vis au rythme de son coeur.

 

Aujourd'hui et tout le mois de janvier sera consacré aux festivités de ce tendre boxon dont je ne saurai évidemment plus me passer.

 

Putain, y'a pas de mots.

 

Y'en a juste pas.

 

 

 

 

 

31/12/2009

First I was afraid, I was petrified

I SURVIVED 2009 BD.jpg

 

(t-shirt Arty Dandy)

 

 

Très Beaux Nénés à tous !

 

Love you.

 

 

30/12/2009

J'dis ça j'dis rien

GOOD GIRLS GO TO HEAVEN

1.JPG

 


BAD GIRLS GO... EVERYWHERE !

 

 

09/12/2009

Noël sans Stress

xmas.jpg

 

Ai-je besoin de vous dire que mon sapin est dressé dans le salon depuis trois semaines, que ma sono est branchée la moitié du temps sur la play-list Xmas mood, et que chez moi ça clignote à coups de guirlande bling-bling, de brouillons de menus, et de drinks/repas de Noël à venir. Ouéch les copains, la nana niaise que t'as envie de taper, ben tu sais quoi?

 

 

C'est MOI !!


(gimme me five).

 

 

N'empêche que je connais un paquet de gens qui detestent la Nawel, qui n'ont pas envie de shopper de cadeaux (et qui garderaient bien leurs thunes pour un petit trip aux Caraïbes à la place), qui se réjouissent de switcher cartes de voeux papier contre e-cards insipides, et qui stressent à l'idée de recevoir la floppée familiale à la casa.

 

J'avoue que j'ai du mal avec le concept du stress de Noël (demandez aux Ethiopiens s'ils échangeraient pas un peu leur place avec la votre le temps de Noël) mais bon, détendons-nous du Chapron et kiffons la future bûche en suivant ces quelques conseils:

 

> Je ne connais pas de meilleur détonnateur que la musique. Go, on se met dans l'ambiance en se concotant une petite playlist hivernale et festive, et on ouvre ses shakras à la magie de Noël. Si t'es en manque d'inspiration, allez va demande moi gentiment et je te collerai mon petit programme musical-ès-Christmas :-)

 

> Niveaux cadeaux, première partie: y'a deux écoles: ceux qui ratissent large et qui offrent un cadeau à tout le monde (familles, amis, connaissances, voisins, facteur, boulanger, gardienne de l'école, etc), et ceux qui te disent que cette année ils vont limiter à leur moitié et leurs enfants becoz que ça va deux minutes, mais la crise c'est pas qu'à Dubai. Si l'on part du principe que l'intention compte bien plus que la valeur de l'offrande, on se retrouve rapidement submergé à courir partout en ne sachant plus très bien qui aura quoi! Pour éviter le merdier général, faites une liste et cochez au fur et à mesure.

 

> Niveau cadeaux, deuxième partie: inutile de dépenser des fortunes surtout si vous faites partie de l'école qui a le coeur sur la main (big up) et n'hésitez pas à mettre la patte aux fourneaux en concoctant quelques gourmandises. Je me suis prise d'un amouuuur irrationnel pour la célèbre Anne, et vous conseille vivement de vous inspirer de ces petites idées faciles et assurément appréciables pour qui les recevra!

 

> Ah et les cartes de voeux? Oui-oui, c'est le moment de les écrire, quelques unes chaque jour de sorte qu'au 14 décembre (plus précise tu meurs, c'est mon côté Vierge tu crois?), tout sera bouclé à ce niveau-là et prêt à être posté.

 

>  Décembre est aussi généralement blindé d'invitations à des Xmas drinks, dinners, parties, catch-up, bref, dur-dur de tenir le rythme notamment au niveau de la fatigue accumulée et de l'alcool. Mais dites-moi, qu'est ce qui vous oblige à tout accepter? Rien, on est d'accord :-)

 

Je pourrais aussi vous conseiller de regarder un ou deux films qui mettent dans l'ambiance, d'impliquer les enfants dans les préparatifs et leur construire de jolis souvenirs, ou encore d'éviter les centres commerciaux autant que possible... Mais vous auriez plus vite fait d'aller lire ce "100 Ways to a stress-free christmas" qui regorge de petites astuces bien comme j'aime!

 

Et sinon, t'as commandé quoi toi au Papa Noël ? A part du gossbo, s'entend.

 

08/12/2009

Briser la glace en toutes circonstances...

... ou plus particulièrement lors de divers évènements comme à un cocktail ultra-RP où il vous faudra sourire et vous rendre intéressant(e), ou tout simplement lors de vos retrouvailles annuelles avec votre grande-tante de 85 ans à qui vous vous voyez mal expliquer que vous gagnez votre vie en vendant des sex-toys.

 

Bref, ce que les anglosaxons appellent tout simplement: le SMALL TALK et qui vient en réponse à cette fichue question:

 

 

"Alors, quoi de neuf"?

 

 

 

 

Arrrgh, "Quoi de neuf"?


Voyons voir, j'ai baisé en levrette hier soir, résilié mon abonnement à Orange, cuisiné une tagine de poissons, encaissé un chèque après lequel je courais depuis perpette, et fumé deux pétards.

 

Ha!

 

Vous vous voyez répondre ça?

 

A question vaste, ... réponse vaste, très vaste, et finalement c'est peut-être ca qui va bien nous aider à faire du "small talk" dans toute sa splendeur, zou:

 

Quoi de neuf??

 

Voyages: on évoque nos dernières pérégrinations touristiques, nos projets de vacances, et on inverse la question. Les vacances et les voyages sont un sujet de conversation universel et je vous assure qu'il y a moyen de tenir une heure rien qu'avec ça (on évoque les dernières escapades, les fuures, les projets, les bonnes adresses etc).

 

Culture: tout le monde a forcément vu un film/expo ou lu un bouquin récemment, que vous l'ayez apprécié ou detesté, c'est le moment d'en parler et d'en faire un sujet de conversation mais attention à la culture-confiture.

 

Sorties: un nouveau resto dont tout le monde parle et que vous avez eu la chance de tester? Un bar design qui vient d'ouvrir? Blablabli etc, on se débrouille pour l'évoquer sans passer pour le/la frimeur(se) de service quitte à proposer à notre interlocuteur d'y retourner ensemble.

 

Enfin, à la question "quoi de neuf", j'ai personnellement tendance à abréger sec ma réponse en rebondissant illico sur un sujet dont je sais que mon interlocuteur sera friand. La large majorité des gens sont nombrilistes, égocentriques et adorent qu'on leur parle d'eux et de ce qui les touche.

 

A bon entendeur..... ;-)

 

 

Cherry on ze post: j'ai 50 places de cinéma à vous offrir dans quelques heures so come back soon! :-)