free website hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2009

Qui m'aime me suive!

fruit-form-paquet.JPG

 

Ohé ohé, z'êtes là?



Mes désolations pour l'arrêt des programmes depuis le lancement du concours des seins bling-bling, mais c'est à dire qu'entre la fête et la fête, en fait j'ai tranché et j'ai opté pour... la fête of course! Par contre vous pouvez vous gratter pour que je vous raconte où, quoi, comment et pourquoi, mais grosso-modo, c'est dingue cette histoire qu'on dirait bien que j'ai à nouveau 16 ans! C-est-de-la-balle je vous dis... vraiment-de-la-balle. Yo.

 

M'enfin trève de discutailleries, je passe en vitesse vous signaler que ce matin, vous pourrez me retouvez sur le blog www.mespetitstrucs.com, sponsorisé par la marque Fruit & Form.
Et on ne rigole pas svp, c'est que ce serait presque sérieux cette histoire dites!

 

Rendez-vous est donc pris pour suivre mes jacasseries là-bas tous les mardi et vendredi matins, on y causera surtout fillasseries et je vous rassure.... mes billets caliente, je vous les reserve ici et ici seulement, ok? Haaaaannnn je sais que vous avez flippé là, y'à qu'à voir les petits pervers qui déboulent ici dès qu'on cause grève du cul ou cunnilingus!

 

Sur ce, allez hop je vous embarque pour découvrir mes petits conseils afin d'optimiser les effets secondaires de la crise ô combien so fashion, sur notre vie de couple. Car non.... pas question de perdre le nord, ni ici ni là-bas... on est bien d'accord :-)

 

La bisouille mes chéris, et promis-juré-croix-de-bois-croix-de-fer-si-je-mens-gnagnagna, je vous colle les résultats du concours dans pas longtemps. Ok? On fait comme ça?

 

OK!

 

Deal.

 

 

23/02/2009

Je t'aime, moi non plus!

1.jpg



Ils nous rendent sexy.

 

Ils nous flattent.

 

Ils boostent notre assurance

 

Ils nous font félines.

 

 

Et pourtant... pourtant... qu'est ce qu'ils nous font mal!

 

Pourtant... pourtant... qu'est ce qu'on les deteste!

 

 

Les mecs?


Non, pas cette fois, encore que l'idée est la même: on en arrive parfois à les haïr et à vouloir les oublier, et pourtant... pourtant... bang, on remet le couvert en grandes masos que nous sommes.

 

Là, avec nos jolis tâlons... c'est tout pareil.

 

Perchées à 8-10 cm de hauteur, autant vous dire que oué, le galbe de la gambette sexy-baby, il nous coûte chéro en souffrance. Et vas-y qu'on veut être des fabulous women jonglant allègrement entre work-love-home-kids-friends-cooking affutées de nos échasses du matin au soir avec l'air de maitriser... vas-y oui...


Mais la nuit venue au moment de les ôter... la sensation éprouvée est identique à celle que l'on ressent lorsqu'en plein régime, on s'autorise une gourmandise chocolatée: Or-gas-mique.


Or nous sommes masos... qu'on a dit!

C'est donc en toute logique que nous rempilons le lendemain avec de la botte haut perchée ou de la sandale dévastatrice pour un remake du show de la veille, tout en sexy-attitude en effet, mais au prix de nombreuses crampes, ampoules et autres irritations à soigner...

 

Observons donc de plus près quelques faits et chiffres concernant ces douloureux et néanmoins merveilleux accessoires:

 

> Un récent rapport indique que les femmes commencent à porter des chaussures à tâlons à l'âge de 12 ans, et ce, jusqu'à ... 63 ans.

 

> Figurez-vous aussi que les hauts tâlons ont, semble-t-il, fait leur première apparition aux pieds de Catherine de Médicis qui aurait voulu se donner une contenance en arrivant en France épouser notre bon viel Henri II.

 

> Saviez-vous que les empreintes rouge du gourou Louboutin sont une marque déposée? Bien vu Christian.... m'est d'avis que tu dois bien te gaver en procès.

 

> Quant à Jimmy Choo, ô combien démocratisée grâce au succès de Sex & The City, la marque est reprise dans les paroles de chansons de Hilary Duff, Shyne, Pitbull, Clipse, Sway, 50 Cent, et Chester French. Du jamais vu, en tout cas autant que je sache.

 

> Et le stiletto... aaaaaahhhhh le stiletto... c'est à Roger-Henri Vivier qu'on le doit mesdames... Ce génie décédé en 1998 à l'âge de 95 ans,  nous a quittés modestement sans grands honneurs alors que c'est à lui que l'on doit l'invention et la popularisation de nos stilettos, les sortant de l'imaginaire fétishiste-porno grâce à un design révolutionnaire combinant prouesse technique et joliesse.

 

Amen Roger, Amen!

 

> Enfin, laquelle d'entre nous n'a pas rêvé garnir son dressing de milliers de chaussures, tantôt assorties à notre vernis, à notre sac, ou à notre ceinture, à la couleur de nos cheveux, de notre veste, ou de nos boucles d'oreilles? Laquelle, je vous le demande....?
Et bien c'est Imelda Marcos, épouse du président dictateur phillipen Ferdinand Marcos, qui à ce jour, détiendrait le record du plus grand nombre de chaussures jamais possédées...
Combien?
1 200 les gens, 1 000 + 200........ la salope!



Bref, tout ça pour dire que les chaussures à tâlons

 

c'est beau, c'est hot, ça se paie cher, ça s'apprivoise, ça fait mal, ça fait du bien,

 

ça fait tomber, ça donne des ailes, et c'est sex...

 

comme l'amouuuuuuuuuuuuur.

 

Besitos les cocos, je retourne à mes grogs, hip, et vous souhaite un happy lundi :-)

 

19/02/2009

Qu'en penserait John Gottman?

 

fourmi.jpg

 

Bon, alors, aujourd'hui on va causer argent. Ou plutôt argent au sein des couples.. genre compte commun, comptes séparés, et équilibre des dépenses.
Becoz' figurez-vous que je me turlupine un peu les méninges depuis qu'au détour d'une conversation anodine, mon homme a mentionné à ses parents me devoir une petite somme suite à un emprunt contracté auprès de... moi!

Et là, patatrac, les beaux-parents ne peuvent s'empêcher d'y aller de leur petite réthorique:

- Quoi? tu rembourses ta femme?

- Mais vous n'avez pas de compte en commun?

- Vous avez chacun vos économies?

- Vous fonctionnez vraiment bizarrement, normalement l'argent de l'un c'est l'argent de l'autre... et ainsi de suite.

Sauf que non. Chez nous, l'argent de l'un n'est pas l'argent de l'autre et nous mettons un point d'honneur à fonctionner sur un système équitable à la virgule près. J'exagère à peine croyez-moi.

Vous trouvez ça glauque?
Figurez-vous que moi aussi!

Mais ze mari ne veut rien entendre pour des raisons que je ne m'explique pas. Or je ne suis pas une dépensière capricieuse, nos revenus sont semblables, et évidemment depuis l'arrivée de notre progéniture, les frais de fonctionnement sont multipliés... mais devinez qui en a la charge... ?
Ben c'est bibi.

Je m'en fous royalement, je n'ai jamais eu de relation complexe avec l'argent.. quand il y en a, tant mieux, et quand il y en a moins voire pas du tout.... fuck, l'argent offre une liberté no limits... mais nous savons tous ici que la vie n'est pas linéaire et qu'il y a d'autres formes de richesses.
Conclusion...  je m'en tape, you get it :-)

Sauf que les beaux-parents ont réussi à mettre le doigt sur un sujet sensible: et oui, 10 ans de vie commune à diviser en deux les frais du "ménage", franchement, c'est loin, très très loin de l'éducation que j'ai reçue, éducation orientale s'il en est avec un père qui a énormément bossé pour nous offrir une vie agréable et qui avait un sens de la famille et des responsabilités vraiment très développé, et une mère qui n'a qu'une seule philosophie, à savoir: "quand y'en a pour 2 y'en a pour 20".

Or me voici quasi-piégée à vivre la mienne, de vie, comme si j'étais célibataire, à subvenir à mes besoins de façon autonome, tant dans les moments d"opulence" que dans ceux de "disette"...alors que nous sommes mariés, qu'un compte-joint aurait certainement pour effet de simplifier les choses, et que l'un dans l'autre, ce serait aussi une jolie preuve d'amour et de confiance que de fusionner nos revenus, au moins partiellement.

Résultat... cette conversation a soulevé pas mal de questions tordues et je m'étonne de n'y avoir jamais pensé avant. Et là, je comprends mieux, bien mieux pourquoi j'ai parfois  entendu dire que l'argent était souvent générateur de problèmes au sein des couples. Honnêtement, je suis en train de me le prendre en pleine face.

Mais à part ça, pas de soucis, la vie est toujours une big fiesta et j'en ai plein les mirettes! Next week, un gentil concours pour se distraire avec à la clé des petits cadeaux sympathiques pour les filles, alors on se tient prêt(es) s'il vous plait et on chouchoutte son décolleté - ceci est un indice...

Enfin, moi je dis que le blog c'est bien et c'est fun, mais que ça a aussi des vertus thérapeutiques les gars. Là pour le coup, grâce à cet article ô combien chiant pour vous, et bien moi perso, j'économise une séance chez un psy!

Merci, donc :-)

 


Pssst, prenez le temps d'aller lire ce billet tout en métaphore et en drôlerie qui offre une belle leçon de persévérance et de détermination.

 

 

16/02/2009

Yallaaaaahhhhh!

ben.jpg

 

Bon alors les copains, c'est bon? Vous avez du soleil dans le cul coeur, tout-ça-tout-ça?
Toujours pas envie de gerber après tous ces élans d'amour dégoulinant? Moi si, un peu quand même, mais réflexion faite je me dis que c'est surtout du aux fabulous breuvages ingurgités ce week-end.

 

Ce week-end.... parlons-en, tiens!

 

Ho non, point de racontages de fêtes et autres rigolades ennivrantes, entrons dans le vif du sujet, c'est que j'ai failli crever moi ce week-end les gars!

 

Wouuuhouuu ... non mais vous vous rendez compte un peu?

 

Oh!

 

Wake-up quoi!

 

Des louanges, je veux des louanges, des "je t'aime", des "comment aurait-on fait sans toi", je veux être plainte, et je veux qu'on retrouve les connards qui ont failli flinguer la vie de ma fille en m'envoyant au cimetière, bande de gros malades!

 

Un incident en bagnole samedi vers 5h du mat', incident qui m'a désaoulé direct et qui a renforcé mon envie de ne rien regretter dans le cas où tout devait s'arrêter d'un coup. Parole de moi, c'était un truc de fou et je me dois de rendre hommage à mon homme qui maitrise le volant aussi bien que ses doigts.... (oh ça va, depuis le temps vous devriez le savoir que je suis rien qu'une petite obsédée).

 

Donc ravie d'être en vie, ravie de pouvoir continuer à vous conter fleurette ici-même, ravie qu'il pleuve, qu'il fasse beau, ou qu'il vente... ravie de bosser, de danser, de n'avoir souvent que 4 ans d'âge mental... ravie de pouvoir continuer à mettre de jolies shoes, ravie d'être dans mon chez moi au chaud et bien safe... ravie de cancanner sur l'économie de marché et le développement durable (private joke to Anne) (je sais c'est naze, mais merde quoi, I'm alive les cocos, pincez-moi)... ravie de tellement de choses que j'en reviens pas moi-même d'avoir le cul autant bordé de nouilles...

 

Vous avez pigé le topo, j'ai eu chaud et j'ai eu peur, et tout, absolument tout, a une saveur particulière, un goût d'exclusivité et de grand luxe depuis cet instant, plus fort qu'un concentré de capsaïcine qui aurait eu le pouvoir exaltant de bien remettre les idées en place.

 

Pour le coup, je vous aime encore plus les loulous.... vous les lecteurs anonymes, mais aussi vous qui divaguez sec dans les commentaires, sans oublier ceusses et celles qui ont sauté dans ma vie comme par magie pour devenir de vrais potes and potesses, et puis tenez je suis tellement en joie que j'ai bien envie d'aimer aussi ceux qui ne viennent pas non plus me lire. C'est dire...

 

Bon Mardi, kiffez bien... et je finis avec ce tube de 98 qui à l'époque m'a cassé les oreilles becoz' un peu tristoune pour qui comprend l'arabe, mais là, comme ça, comme par enchantement, j'ai bien envie de mettre à fond et de l'accompagner d'un déhanchement ravageur. (Oué, genre).

 

 

 

 

Alors, who's in?

04/02/2009

L'Embellie

84551024.jpg

 

Youhouuuu? Y'a quelqu'un?


Mouais, bof, enfin, en même temps je vous comprends, des semaines sans pondre un seul billet, avouez qu'il y a de quoi exiger à être remboursé! Vous n'êtes pas vils? Vous dites? C'est bien dommage pour vous, acoquinez-vous d'un bon juriste américain et je suis sûre qu'il trouvera un vice de forme qui me renverra dans les bas-fonds des contentieux les plus tordus.


Enfin bref. Pour ce retour de moi-même sur la blogotruc, il faut que vous sachiez que ces dernières semaines ont été synonymes de changement. "Changement" comme dans "refonte des fondamentaux", "remaniement émotionnel", parfois-même "tohu-bohu", mais au final "amélioration", yeaaaah!


Donc le déménagement c'est finito. Rien de cassé, travaux effectués dans les temps, et d'ailleurs si des lecteurs niçois, monégasques, cannois ou environs recherchent de la main d'oeuvre en peinture, maçonnerie, electricité etc...., faites-moi signe! Je crois que j'ai trouvé ZE équipe meilleur rapport qualité-prix, top efficacité et sourire garantis en plus. Des petits gars au taquet à tarifs tout ce qu'il y a de plus raisonnables.


Boulot. Oué bon, boulot quoi. Pour faire court je dirai que je m'impatiente de voir les résultats concrets de mon nouveau bébé. Verdict imminent, ce qui est à mon sens la phase la plus euphorisante.


Et pour accompagner cette transition vers les plus beaux auspices, j'ai rasiboté mes cheveux tout courts, viré le blond pétasse (que j'assumais toutefois parfaitement), pour au final une coupe wannagain qui a sans doute contribué à me donner une patate de folie. C'est simple une fille, en fait.


Pour finir, un site-gadget pour la route, tenez: www.bedposted.com
Un truc futile comme j'aime, qui permet de tracker nos orgasmes et autres parties de jambes en l'air. Durée, nom des partenaires, positions adoptées, possibilité de dessiner des graphes, d'avoir des ratios, etc etc.
C'est un peu le facebook des galipettes, à la chose près que le but n'est pas de socialiser, encore que... les exhib' peuvent toujours autoriser l'accès à leur compte à ceux qu'ils souhaitent.


Cette fois c'est promis, je me remets au blog fissa avec des raconteries plus régulières et plus fun que ces derniers temps.


C'est pas tout ça, mais vous m'avez manquez les loulous.


Oué, quand même!



 

14/01/2009

Panier de Crabes

vite.jpg


Coucou c'est moi, tagada tsoin tsoin.

De passage furtif, mais avec le coeur gros comme ça: XXX pour vous dire que hey hoy, rien n'est linéaire dans la life et heureusement d'ailleurs, mais que du coup, waaaaaaawouuuu que d'émotions, de choses à faire, de décisions à prendre, de cartons à emballer, de business à booster, d'anniversaires à fêter (les deux ans de ma fille n'en finissent plus, j'en suis à ma cinquième fiesta ce vendredi), de soucis à régler, d'hommes à draguer... nan j'déconne!

Enfin bref, tout ça pour dire que j'ai quand même pris le temps de lire vos blogs et que je trouve la blogobulle super active en ce moment. Je me suis aussi passionnément plongée dans les écrits de divers auteurs israéliens et palestiniens dans le cadre du conflit qui n'est pas prêt de finir, assisté à une manif' à Nice des plus répugnantes avec croix gammées à tout va et tabassages à outrance qui n'ont eu pour seul effet que de renforcer le racisme déjà fortement ambiant, et, en total contraste avec la dureté de ce monde, eu l'occasion de baigner dans la superficialité monégasque et cannoise mais rien à dire, un peu de légèreté fait le plus grand bien.

J'essaierai d'être un peu plus prolixe ces prochains jours... mais pas de promesses que je ne saurai tenir puisque cherry on ze cake, je déménage ce week-end et anticipe une déconnection des plus probables.

Enfin bref, life is (not always) a party... et l'essentiel est de voir le verre à moitié plein :-)

OK?

Ok les cocos!

Sur ce je vous quitte avec :

> ça là: le site polaroid.net qui, pour suppléer à la disparition de l'appareil-photo gadget le plus kitch de l'histoire, propose une appli gratuite permettant de transformer nos photos standard en de jolis pola. C'est tout con, c'est tout simple, mais je valide.

> la confirmation de la sortie du livre de Scott Schuman, aka The Sartorialist, prévue en septembre. Je vous en avais causé en exclu mondiale, au moins oué, ha-ha, ici, et c'est ze man himself qui annonce la news désormais officielle sur son site.

> et pour finir, le TOP 25 des Bushisms les plus aberrants, les plus ridicules, mais il faut bien le dire, les plus fun... ici

Allez hop, je vous tape la bisette et la boucle sera bouclée. A bientôt!



05/01/2009

Je suis reviendue!

smile.jpg

 

Allez c'est bon, cachez votre joie mes amigos, je vous sens déjà tout fébriles et émus de me revoir parmi vous. Han han je me pavane, mais j'ai mes raisons, pof.

 

Alors on se calme quand même, là de suite, je fais de la note fissa, du genre de celle qui n'a d'autre intérêt que son pauvresque effet d'annonce pour vous prévenir que oyé oyé, les festivités vont se repointer.

 

Mais avant toute chose, un moment OSCARS en veux-tu en voilà.

Merci pour vos coms.

Merci pour vos mails.

Merci pour les coups de fil et les SMS.

Merci pour le soutien.

Merci pour les doux mots qui ne changent rien mais qui font du bien.

Merci, très sincèrement, mais Non Merci à ceux qui n'ont rien compris et qui m'ont incendié via mon mail ou mon Facebook. Do me a favour and go get a life.


Le show must go on comme dirait l'autre, alors à très vite (genre demain?) pour un débrief car je n'ai pas fait que chialer pendant 3 semaines, non-non, j'ai aussi sniffé la poudreuse, taffé à mort pour amorcer 2009 dans l'opulence (tant qu'à faire), et surtout-surtout j'ai remis les pendules à l'heure tous azimuts, et ça j'ai envie de vous dire: OUUUFF ça fait du bien!!

 

Alors go, c'est reparti pour dépoter dans la bonne humeur et futiliser à souhait becoz' soyons honnêtes, on se traine tous nos casseroles mais c'est pas ici qu'on va se les étaler.

 

Biz et à très vite, et encore une fois... un GRAND, un IMMENSE:  M E R C I.


You rock, et rien que pour ça, beaux nénés à tous!

 

16/12/2008

Interruption des Programmes

1.png


Profitez


Aimez


Prouvez-le


Dites-le


Relativisez


Offrez


Echangez


Respectez


Gratifiez


Gâtez


Aidez 


Admirez


Remerciez


Pardonnez


Donnez


Sans compter



Blog en pause jusqu'à nouvel ordre



11/12/2008

Love Actually

patrick-dempsey.jpg


Je vous ai déjà parlé du carnage sentimental qui accompagne mes copines, non? Et ben je vous dis pas le merdier et les heures passées à éplucher le pourquoi du comment avec quasiment chacune d'entre elles.

Conclusion, s'il n'y a pas de recette miracle pour entretenir la flamme et l'harmonie, il y a tout de même quelques règles d'or à respecter... la première étant de s'éclater au lit ensemble. Ah oui je sais, ça parait d'un poncif inouï et d'une futilité aberrante, mais ne nous leurrons-pas, un couple qui ne voit aucune alchimie se créer en mêlant leurs corps à l'unisson est voué à l'impasse.
L'amour et les jolis sentiments plus forts que tout n'auront jamais gain de cause, tenez-le vous pour dit (et on est bien d'accord sur le fait que cela n'engage que moi, merci).

Pas de recette donc, mais amusons-nous à lister ces petits riens apparemment anodins et qui pourtant contribuent à maintenir notre vie de couple dans le désir et dans l'envie de rentrer chez soi le soir.

- On s'embrasse: le matin, le midi, le soir, souvent, et au hasard. On n'attend pas de raison précise pour s'embrasser mais on le fait, comme ça, juste pour le plaisir, c'est un témoignage de complicité dans le chaos du quotidien.
Qu'est ce qui nous empêche de rouler une pelle à notre mec alors qu'il regarde un énième match de foot à la télé? Lui?
Pas grave, embrassez-le, encore et encore... et s'il vous fait comprendre que vous gênez, on ne se vexe pas et on s'agenouille gentiment. D'un coup d'un seul, l'intérêt de la Champions' League sera tout relatif.

- On s'épile/se rase: ah oui, désolée de devoir vous rappeler les bases mais merde quoi, c'est quoi ce trip selon lequel sous pretexte qu'on a passé les 6 mois d'amourette, on ralentit les séances chez l'esthéticienne?? Et puis pareil pour vous les mecs, n'allez pas imaginer que votre "barbe" de trois jours vous confère un petit air latino à la Enrique Iglesias, parce que non, c'est à l'homme de Néanderthal qu'on va vous associer. Sans oublier que cette pilosité négligée nous gratouille les cuisses, c'est dommage.

- On se fait des cadeaux: on n'attend pas l'anniversaire, Noël ou je ne sais quoi encore pour faire ZE cadeau de l'année. On se gâte souvent et à la hauteur de nos moyens, pas besoin de se ruiner pour faire plaisir: on lui ramène sa pâtisserie préférée joliment emballée, on lui offre une clé usb remplie de photos inédites, on lui dédicace un bouquin qu'on sait déjà qu'il/elle aimera, et ainsi de suite. Quant aux fleurs, c'est quand vous voulez sauf aux dates anniversaires (le notre y compris) et à la St-Valentin. Pitié. Et merci.

- On dort ensemble: quoi qu'il advienne on se débrouille pour sortir le drapeau blanc avant de se coucher et on évite autant que possible les excursions sur le canapé du salon. Tampis si vos pieds ne gardent pas le contact (cf la théorie ici), mais on ravale au moins sa fierté, on crève l'abcès, et on dort dans le lit conjugal. Inutile de préciser que le lendemain au réveil, on passe à autre chose, et avec le sourire.

- On couche ensemble: la fatigue est trop intense? le stress est trop prenant? le rythme du quotidien est trop soutenu? On s'en fout!! Rien de mieux qu'une partie de jambes en l'air pour se détendre, pour oublier les emmerdes, ou pour se requinquer les neurones. Alors on arrête de s'écouter et on se concentre sur le superbe orgasme qu'on va (se faire) offrir dans un quart d'heure.

- On ne fait pas d'enfants: non, pas d'enfants pour espérer sauver une histoire. Les enfants ne vous rapprocheront pas, il n'y aura pas de lien spécial qui vous unira alors que votre histoire est déjà en train de pourrir. Au contraire, un enfant ne fera qu'augmenter le stress général alors pensez-y à deux fois et soignez d'abord votre couple. Une vie de famille heureuse ne se construit que sur la base d'une relation de couple solide.


Quoi d'autre...? A vous de me dire si le coeur vous en dit.


Sinon la photo de Patrick Dempsey là au dessus, c'est juste pour me faire plaisir. J'avais besoin de me donner du coeur à l'ouvrage, ce mec me met le feu de partout.


Mais vraiment partout, heeeeeeeelp!!


28/11/2008

Et sinon ça va?

champagne.jpg

 

Vivi I'm alive. Attends mais qu'est ce que tu crois? Que je vais laisser mourir ce blog juste parce que le méchant capitalisme me mène à la baguette? Dans tes rêves ma poule.

 

Un constat affligeant ces dernières semaines. Toutes mes cops se séparent de leur mec. Est-ce que celles qui affichent au compteur 5-10 ans de vie commune entre 30 et 35 ans sont forcément vouées à tourner la page? No clue, mais toujours est-il que j'ai rarement vu une fin d'année aussi tumultueuse au sein des couples.

 

A part ça, le nouvel album de Kanye West est dans les bacs, bien plus pop que hip-hop mais le résultat est very bueno quand même, à écouter notamment ICI. La récap de son concert-tuerie à Bercy LA.

 

(Appartée: T'as fait ton sapin? Qu'est ce que t'attends?)

 

Tati fête ses 60 ans. Non-non vous ne rêvez pas, je parle bien de Tati, les magasins rose et blanc dans lesquels je passais mes samedis après-midi gamine. RV au 104 rue d'Aubervilliers à Paname 19 pour découvrir le travail d'une vingtaine d'artistes dont JC Castelbajac, Christian Lacroix, Tsé&Tsé, etc, dont les oeuvres seront vendues aux enchères au profit de l'association Rêves.

 

Ne ratez pas lundi l'évènement chez Darkplanneur. Pour ma part je vous causerai chasse aux trésors, cadeaux, et surtout de mon chouchou-de-tous-les-chouchoux, bien plus intéressant que le brassage de vent qui anime la blogonombril ces derniers jours.

 

Bon week-end, rhooo ça va je sais que cette note est nawak, tapée à l'arrachée sur les bancs du Congrès National de la Jeune Chambre Economique. Oué, je confirme, c'est d'un chiant!

 

(Re-appartée: et ton calendrier de l'avent, tu l'as bien garni?)

 

Bring me champagne please. Thank you!