free website hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2008

Délicieuse Crise

disney.jpg


C'est la crise, la récession, le bordel, on sait merci.

Mais quelle euphorie, que de rebondissements! Quel fabuleux moteur que de se sentir en danger pour se forcer à carburer encore plus fort et surtout encore plus intelligemment.


Des journées diablement pimentées, des nuits intolérablement blanches, et surtout les neurones sens-dessus-dessous.


Les rencards pros multipliés, les Miles cumulés à gogo, et la franchise de dire avec le plus grand sérieux que rarement travail ne fut aussi passionnant.


Mais... car il y a un 'Mais'... la contrepartie de cette phase euphorique qui ouvre beaucoup plus de portes qu'elle n'en ferme réside dans ce constat désolant:


SO MANY MEN, SO LITTLE TIME*

(soupir)


Promis, je tâcherai d'être un peu plus bavarde la semaine prochaine à condition que mon esprit ne se fasse pas distraire par le combiné explosif dans lequel réside ma plus grande faiblesse.



*(rhooo oui ok, et such a wonderful hubby!)


06/10/2008

Ce qu'il ne faut JAMAIS dire à une Femme (Partie 2/5)

151-a.jpg


Bon. Abordons maintenant la phase 2 de notre petite mise au point amorcée en début de semaine dernière. Après le comme tu veux, où tu veux, et ce que tu veux, penchons-nous sur un autre couple de mots qui a le don de nous faire passer pour des vaches enragées mais qui demeure largement utilisé, j'ai nommé le fameux:


DETENDS-TOI / CALME TOI

...

...


Et ta soeur ?


Elle est calme?!

 

Il est évident que lorsque nos nerfs s'emballent un peu, cet échauffement est tout à fait justifié. Pourquoi et comment...? Ne cherchez pas. A partir du moment où l'on a décidé de s'engueuler avec vous, comment vous dire...? Pas la peine de lutter, on a surement une bonne raison et la meilleure chose à faire est probablement de nous laisser nous défouler un bon coup.

Mais rassurez-vous, nos coups de sang ne sont très souvent qu'éphémères et pas vraiment rancuniers, et surtout-surtout, une relation où tout roule et où tout n'est que douceur et volupté, et ben ça ne nous botte pas forcément. (lundi dernier nous étions chiantes et compliquées, cette semaine on est aussi maso).

Dans ces circonstances, i.e. au moment où les murs tremblent et que nous sommes soit:


- a/: en larmes

- b/: en mode plaidoierie

- c/: en transe

... la dernière chose que nous voulons entendre est un condensé de mots nous faisant passer pour des hystériques. Ainsi le calme-toi n'a pas sa place dans la hum... conversation, puisqu'il sous-entend directement que ce qui nous met dans cet état ne mérite pas autant d'agitation et que nous sommes un peu dingos.

Vu comme ça, dites-moi comment vous pouvez espérer que l'on se calme?

Non. Si vous voulez la jouer mec parfait (atchoum, je dis ça mais un mec parfait, perso, je n'en voudrais pas), dites-nous plutot un truc du genre:


Je comprends que ça t'énerve. Excuse-moi. Honnêtement, ça me contrarie autant que toi mais attends, on va en parler tranquillement et essayer de trouver une solution.


Oué je sais, je rêve mais grosso-modo, l'élément important à retenir est de zapper ce fichu calme-toi et roulements de tambour svp.... de vous excuser.

Faute avouée à moitié pardonnée, mais si sortir ces mots vous étouffent à la gorge, pas de panique, il reste encore une solution, et pas des plus désagréables:


bouclez-la nous en nous embrassant passionnément et en nous basculant directement à l'horizontale (par exemple).


Merci.


03/10/2008

Leur petite entreprise connait pas la crise

2.jpg

 

Oiiin-ouiin-ouiin... pas moyen de démarrer une conversation ces temps-ci sans évoquer le pataquès général des dernières semaines. Tout le monde balise, chacun y va de sa petite expertise en pronostiquant un avenir des plus sombres, les plus péteux iront même jusqu'à nous soutenir mordicus ce qu'il aurait fallu faire pour ne pas en arriver là, et beaucoup de gens sont glués aux news économiques comme si leur avenir en dépendait.

 

Ah merde, il en dépend!

 

Mais que nenni.

 

Wall Street a beau avoir foutu le bordel, on va pas se laisser abattre!

Enfin euh... "on"... pas vraiment, mais"elles", du côté de New York, NON, ça c'est sûr.

 

Alors dites, d'après vous, qui sont les grandes gagnantes du tsunami financier? Qui sont ces petites malignes qui tirent leur épingle du jeu et qui malgré les déboires, sont en train d'engranger milliers de dollars sur milliers de dollars, encore plus que d'accoutumée?

 

29/09/2008

Ce qu'il ne faut JAMAIS dire à une femme (Partie 1/5)

its_up_to_you.jpg

 

En ce début de semaine, quoi de mieux qu'une petite mise au point à l'attention des beaux bruns qui peuplent notre planète?
Ok, les blondinets & co ne comptent pas forcément pour du beurre, je sais, mais vous m'excuserez si je prêche pour ma paroisse? Merci.

 

Donc, étudions le top cinq des mots/phrases à ne jamais (jamais comme dans never, zéro, bouuuh, out, gant de boxe) dire à sa douce et tendre....

 

On va faire ça tranquillou, c'est à dire en plusieurs fois, et aujourd'hui on se concentre sur le fameux:

COMME TU VEUX

 

Aaaah ce fameux comme tu veux... tu parles d'un cadeau!

 

Choisir un resto où aller diner en amoureux;
Organiser les prochaines vacances et décider si elles se dérouleront avec les 10 potes de toujours ou en famille;
Prévoir la nouvelle déco du salon et trancher entre le jaune poussin ou le gris taupe;

 

Patati et patata, les décisions à prendre au quotidien sont multiples mais chose étrange, ce qui nous semble capitalissime et indispensable, est pour eux, disons hum secondaire.... et encore, je suis polie.

 

En effet, les beaux bruns et associés n'ont pour ainsi dire qu'une seule revendication: avoir la paix. Et c'est donc dans cette optique que la plupart du temps, ils se targueraient aisément d'un simple je m'en tape en guise de réponse, et c'est bien là que le bât blaisse. Pensant faire preuve d'une diplomatie démesurée et certains que leur réponse sera celle que nous attendions, leur comme tu veux, où tu veux, ce que tu veux... résonnent bonnement et simplement à nos oreilles comme des rien à carrer, lâche moi la grappe.

 

Dire que ça nous gonfle ou que ça nous vexe est un doux euphémisme.

 

Je vous la fais courte: en réalité on voit rouge (rouge comme dans krach boursier, meurtre, diabolique, beurk).

 

Ce qu'on aimerait entendre, c'est plutôt une sorte d'analyse de la situation, avec les avantages et les inconvénients, une attitude qui nous laisserait imaginer que vous n'en avez pas rien à secouer et que vous vous intéressez à ce qu'on vous raconte, et donc accessoirement... à nous.

 

De là à dire que l'on convoite une décision de votre part, surement pas. Rappelez-vous, nous sommes des femmes, un peu compliquées, beaucoup chiantes, mais en aucun cas simples. Sinon, ce serait pas rigolo. Ho ho ho.

 

Quand on vous demande ce que vous avez envie de manger ce soir, please, faites-nous plutôt un show dans le style:

 

Ecoute, vu qu'on a mangé du poulet hier soir et un gigot à midi, je pencherai plus pour du poisson. En même temps, j'ai pas super envie de poisson en ce moment.  Mais toi? Tu as envie de quoi ma chérie?

 

Là mes cocos, je vous assure le total succès de cette réponse qui, je vous l'accorde, n'en est pas une.

 

Mais... Madame se sentira écoutée, pensera que le diner de ce soir vous émeut alors que vous n'avez d'yeux que pour CNN et la crise des subprimes qui n'en finit plus, et cerise sur le gâteau, vous lui laissez le pouvoir de décider, ce qui in fine vous arrangera tous les deux.

 

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? J'en sais rien, mais une chose est sûre: l'homme sans la femme, et la femme sans l'homme, sont des êtres imparfaits dans l'ordre naturel. Mais plus il y a de contraste dans leurs caractères, plus il y a d'union dans leurs harmonies (Bernardin de Saint-Pierre)!

 

CQFD :-)

04/09/2008

100% des Gagnants ont tenté leur Chance (Partie 1/2)

10041699.jpg

 

La chance... ahhhh la chance.... si vous saviez comme je peux devenir méchante quand j'entends "t'as de la chance" sous couvert d'avoir, par exemple, un chouette appart', de passer de chouettes vacances, d'aimer mon job, ou plus anodiment d'avoir vu tel concert, reçu tel cadeau, etc.

 

Pas envie de broder 3 heures sur le sujet, non, mais que les choses soient claires: la chance, je n'y crois pas.
J'ai beau avoir lu un paquet de bouquins à ce propos et débattu avec moults copains qui s'évertuent à vouloir me convaincre que oui mais non, si j'avais pas été là à l'instant T, j'aurais pas croisé Mr X, qui ne m'aurait pas donné ma chance dans l'entreprise Y, pour qu'un jour je devienne la chef des trombones, puis que je décide de monter une multinationale d'agraphes.... gna gna gna que je leur dis, la chance mes p'tis loups, elle ne tombe pas du ciel:

Elle se provoque.

 

Elle se domine.

 

Elle se cultive.

 

Et elle s'apprivoise.

 

Petit tuto, donc, à l'usage de ceux qui cancanent en se tournant les pouces et en faisant la gueule. Car en y mettant un peu de coeur à l'ouvrage, y'a quand même moyen que la roue tourne et qu'ils deviennent les heureux receveurs de cette horripilante remarque..... "ouah ... t'en as de la chance!"

 

1/: FIXEZ-VOUS DES OBJECTIFS...

 

Devenir proprio? Vivre à Sydney? Prendre une année sabbatique pour s'adonner à sa passion de céramiste? Devenir la reine de la danse du ventre? Parler couramment le chinois?
Dites-vous bien que Mme la chance ne risque pas de se pointer chez vous si vous vous contentez de ce que vous vivez en jalousant les petits bonheurs d'autrui. Tous, aussi nombreux que nous sommes, nous aspirons au Bonheur avec un grand B. Mais ce même Bonheur prend une dimension très vaste selon les individus et c'est à chacun d'y apporter sa définition pour en élaborer ensuite les fondements. Si vous trainez votre ennui en fac de Philo par dépit et sans but précis, la proba pour que votre nom résonne à celui de Socrate dans les bibliothèques de France est ... nulle.
Vous avez toujours adoré jardiner? Les plantes et les fleurs n'ont aucun secret pour vous? Bingo.

 

Vous tenez un but, un projet.. à partir de là, la machine est enclenchée et je suis prête à parier qu'on vous retrouvera dans moins de 5 ans à la tête d'une entreprise de jardinage-paysagisme.

 

2/: SOURIEZ...

 

Franchement, vers qui pensez-vous que le touriste italien se sente le plus attiré? Vers la nénette qui tire la gueule et le gratifiera d'un "fais chier celui-là" quand il lui demandera l'heure qu'il est? Ou vers celle qui lui répondra avec un sourire et enchaînera avec un "d'où venez-vous avec un si joli accent?"
Ca me parait assez évident, et pourtant.  Combien de gens ne savent pas dire bonjour en entrant dans une boulangerie? Combien de personnes ne savent pas s'excuser pour passer devant vous? Combien de gens ignorent les répercussions d'un simple merci accompagné d'un sourire?

 

Un sourire est synonyme de bonne humeur, de douceur, de joie, c'est un signal de "je suis bien dans mes shoes" et il attire invariablement les personnes ayant ce même esprit. C'est magique.

 

3/: ZAPPEZ LES AIGRIS, LES NEGATIFS, LES RALEURS...

 

Le quotidien est déjà suffisamment parsemé d'embûches pour se les voir régulièrement rappelées par les emmerdeurs. Fuyez les révoltés et les contractés. Faites le ménage et côtoyez des gens positifs et heureux de vivre. Fréquentez des personnes enthousiastes qui verront le verre toujours à moitié plein.

 

Saisissez leurs bonnes vibes et appropriez-les-vous, elles auront le mérite de vous booster, et de vous donner envie d'avancer vers votre but.

 

4/: STAY TUNED...

 

Et oui, soyez dans la place les cocos. Quoi que vous fassiez, où que vous soyez, faites attention à tout: même l'insignifiant peut ensuite s'avérer essentiel. Qu'il s'agisse de paroles, de personnes, ou de circonstances, soyez ouvert et intéressez-vous à tout. Mutlipliez vos relations, réseautez même avec des gens dont vous pensiez n'avoir aucun point commun, prenez leur carte de visite et donnez-leur la votre.

 

Développer ses contacts, c'est bel et bien développer ses chances.

 

5/: OSEZ!

 

N'ayez pas peur de demander. Au pire, on vous répond non... so what?
Tapez aux portes, téléphonez, harcelez.

J'ai décroché mes premiers jobs en faisant le pied de grue devant la porte de plusieurs Directeurs alors que les secrétaires et autres standardistes bloquaient mes appels et menaçaient de faire intervenir la sécurité. Des jobs dont je rêvais et pour lesquels je n'avais pourtant pas forcément le profil idéal. J'y ai bel et bien fait mes gammes.

 

On vous claque la porte au nez? C'est très simple.... rentrez par la fenêtre.

 

Dans mon dictionnaire, la chance est l'opposée du hasard, et, comme l'a justement dis Mr Berlioz.... "la chance d'avoir du talent ne suffit pas, il faut encore le talent d'avoir de la chance".

 

Là est tout le propos, à suivre au prochain épisode.

 

Au fait... vous, ça va?

:-)

 

 

27/08/2008

C'est rien mais c'est déjà beaucoup!

Kanye West - Good Life


Boire du jus d'orange dans une coupe à champagne;

Aller de la maison au boulot en empruntant un chemin différent chaque jour;

Observer ton homme sans qu'il ne s'en rende compte, te dire que oui, il est le parfait opposé de toi et que franchement, c'est pas facile à gérer tous les jours, mais que c'est ça qui fait sa force... et la tienne;

Avoir envie de lui;

Fumer une clope, une autre, et encore une autre, en te disant que merde quoi, il serait temps d'arrêter, et subitement décider que cette dernière ETAIT la dernière;

Vider ton dressing et le donner à des gens qui en ont besoin plutôt que de vendre tes fringues sur Ebay pour gagner quelques Euros;

Prendre ton pied en savourant une cuillèrée de Nutella alors que t'es quand même un peu-beaucoup au régime;

Décider un soir de bavardages de monter un groupe de musique avec quelques amis et te retrouver, à 32 piges, en train de chanter "Baby you can light my fire" à tue-tête dans un hangar désaffecté;

Te dire que c'est une des meilleures idées de l'année!

Te préparer le matin, porter des boucles d'oreilles, te mettre du mascara, une paire de jolis tâlons, te regarder dans le miroir et te surprendre à penser que hey ho, t'es quand même pas mal ma poulette;

Faire à diner après une dure journée de boulot, mettre la musique à fond dans la cuisine et te servir un verre de rosé bien frais et bien fruité;

Te lever à l'aube et prendre ton café avec un bouquin, seule au monde, pendant que ta ville et tes amours dorment encore;

Regarder "Mon Père ce Héros", faire jurer à ton mec de ne le dire à personne, et chialer à la fin en prétextant que c'est à cause de tes imminentes ragnapoufs;

Retrouver par hasard un billet de 50 Euro dans une poche de jean oubliée;

Relire ton journal intime qui a hebergé tes pensées troubles, tes souffrances, tes premières fois et tes joies de 10 à 18 ans. Se souvenir exactement de chaque instant décrit.

Regarder la mer avec ton ipod dans les oreilles au son d'un bon vieil Harry Connick Junior.

02/08/2008

Encore!

1.jpg

 

Et oui, encore un tag, j'en profite pour vous le lâcher pendant mon absence surtout que oui, ça va, après tout c'est week-end aussi. Donc, cette fois c'est Sonia qui fouine dans mes affaires. On y va, bande de petits curieux:

 

Il y a 10 ans:

J'allais fêter mes 22 ans et décidais de quitter les Etats-Unis pour m'installer à Paris. Je ne savais pas encore que cette année-là j'allais rencontrer un brun ténébreux, dont tout, absolument TOUT me séparait, mais dont je suis tombée raide-dingue en 3 minutes, mieux que dans les films. Le beau brun en question est aujourd'hui ze mari et je me dis que quand même, la vie est bien faite :-)

 

5 endroits où j'ai vécu:

- Casablanca

- Paris

- Los Angeles

- London

- Benidorm (Espagne)

 

3 plats que j'adore:

- couscous forever

- la paella

- tous les desserts, surtout ceux aux chocolat, et si je devais n'en choisir qu'un, il s'agirait des profiteroles au choco (mais attention, very difficile de me satisfaire en cette matière).

 

5 choses que j'ai faites aujourd'hui:

Vu que cette note subit un décalage temporel puisqu'elle est programmée, rembobinez à mercredi aux environs de midi et vous obtiendrez ça:

- j'ai joué à la maman, câlins, petit-déj, préparation, baby-sitter

- me suis prise pour une héroïne de film Coppola-style en collant mon Ipod dans les oreilles alors que je courais attrapper un bus

- usé de mon autorité au boulot, gnak gnak.

- exploré un bouquin de cuisine tout en savourant un café-crème alors que j'attendais quelqu'un pour parler projets divers et variés

- fait un scandale chez SFR qui m'a pourri mon karma à cause d'une histoire à dormir debout. Mais négocié 6 mois d'abonnement gratuit à titre de geste commercial sinon je résiliais avec pertes et fracas évidemment.

 

Ce que je ferais si j'étais riche:

- je m'achèterais une île, et comme Georges Cohen je l'amènegerais au mieux pour ma tribu familiale et mes copains

- je ferais construire des écoles, paierais cher des professeurs compétents, et financerais les études de tous les jeunes des pays pauvres

- je subviendrais aux besoins de toute ma famille, proche of course, mais aussi éloignée, de France et d'ailleurs

- j'offrirais à tous mes vieux potes et leurs familles restés dans le 9-3, une villa luxueuse dans le 9-2.

- et je mettrais un quart de ma fortune de côté, je ne suis quand même pas Mère Thérésa hein.

 

Voilà, c'est plié. Donc, je ne relaie ce tag à personne cette fois, et vous souhaite à tous un très bon week-end. Have fun!

 

 

 

27/07/2008

Vamos a la playa



 

Dans mon sac de plage, c'est comme dans mon sac à main, ma vie, et ma tête: un méli-mélo d'enfer. On y trouve bien sûr mes indispensables bronzing mais aussi des choses complètement surprenantes comme récemment, une clé USB que j'avais cherchée partout pendant des jours, ou encore une bougie (cherchez pas!), et pas plus tard que la semaine dernière, des clés de voiture ne m'appartenant pas (forcément).

 

Or ma copine Chris m'a tagguée et demandé d'afficher ici le portrait robot de mon sac de plage. Bon, soit je m'y colle en passant une heure à prendre des photos, à télécharger sur l'ordi, etc.. soit je ne m'emmerde pas et je vous linke tout mon pataquès. Devinez ce que j'ai choisi?!

Oui, je suis une vilaine. Pan Pan.

 

- D'abord ze bag lui-même: c'est un Juicy Couture que j'ai acheté l'hiver dernier aux US. Impossible de le retrouver sur le web, donc sur ce coup, ce sera ni photo ni lien mais juste une imagination fertile. Dites-vous juste qu'il est beau. Ca suffira.

 

- Les maillots: j'en ai tout plein, des vieux que je recycle et des fraichement débarqués. Cette année, ce sont 3 petits nouveaux qui ont rejoint mon merdier, à savoir 2 x Victoria Secrets (dont un ci-dessous), et 1 x Eres que je me garde pour les grandes occases (à ce jour, je ne l'ai porté qu'une fois. Super l'investissement.)

 3.jpg

 

Le bronzing: une panoplie Clarins à qui je suis fidèle depuis au moins tout ça. Je vous colle deux des produits, c'est déjà ça.

01421120.jpg
01442120.jpg

 

Sans oublier un petit coup d'accélérateur quand le bronzing tarde à se faire voir. C'est lui et rien d'autre:

monoi.jpg

 

Lunettes de soleil: les mêmes que l'an dernier, des Guess que je ne quitte pas d'avril à octobre. Là encore, pas de photo ni de lien. Soit ils ne les font plus, soit c'est un modèle unique (mais bien sûr) mais pas trouvées sur le web.

 

Puis il y a l'IPOD toujours, mon téléphone always, des bouquins et/ou mags, des cartes de visite, de l'argent, une bouteille d'eau, un rouge à lèvres, un chapeau de dinde, des clopes... bouh pas bien..., sans oublier appareil photo, un ou deux paréos, un brumisateur Avène, des boucles d'oreilles qui trainent au fond, bloc-note & stylo dès fois qu'une idée fabuleuse me traverserait l'esprit.

 

Et maintenant, qui n'en veut? Comment ça personne?

 

Mais si! Je passe le flambeau à la Côte d'Azur Connection - j'ai nommé: ze only Marie, Emilie jolie, lovely PocKet, et bien sûr ma shoppeuse préférée, Anne.

 

Allez les poulettes, un petit effort svp! Merci :-) 

11/07/2008

Cherry on the cake

Allez juste pour vous faire saliver un peu.....

 

Ce matin, RV boulot pour négocier un partenariat. C'est vendredi, je suis en stress total pour ma présentation de lundi, mais il faut que j'honore ce rencard fixé il y a des semaines surtout que l'on vient de loin pour me rencontrer; pas question d'annuler donc.

 

J'y vais un peu à reculons mais voilà, une fois arrivée sur le lieu de rendez-vous, j'oublie tout, j'admire la vue et je respire l'air marin, puis je me dis que quand même, vivre sur la Côte d'Azur n'a pas que des inconvénients.

P1020095.JPG

 P1020096.JPG

Et oui, c'est confortablement installés sur ces deux fauteuils, face à la mer méditerranée, que nous avons négocié 3 heures durant un chouette contrat. Dure la vie hein?

10/07/2008

L'instant Niais ...

simple girl.jpg

... enfin, l'instant niais... je dis ça, mais ça n'en sera qu'un parmi tant d'autres sur ce blog. Ha ha qu'est ce qu'on se marre quand même avec toutes ces balivernes.

 

Alors tout le monde va bien? Bien dormi? Bien n****? Bien réveillé?

 

Moi super, merci. Aujourd'hui je suis toute chose. Pas parce que j'ai vu les étoiles cette nuit, mais parce que voilà, je réalise que ma princesse, la 8ème merveille du monde évidemment, va rentrer en deuxième année.... de crèche.

 

Oué. Oué. Oué. Tu parles d'une nouvelle qui t'intéresse!

 

Enfin, il n'empêche que ça me fait plein de papillons dans le ventre, que je n'ai pas vu le temps passer, que je la vois, ma louloutte, bien grandir et devenir une petite poulette bien trippante comme j'aime, et qu'en septembre, finito la section "bébés", c'est en section "moyens" que ma miss fera ses gammes.  

 

Je vais vous passer les détails de ce que cela implique, mais grosso-modo, ma fille sera une vraie killeuse au royaume des mouflets. Dernièrement, un certain "Antoine" a eu la mauvaise idée de la mordre, et bang, du haut de ses 18 mois et de ses 78 cm, ma cocotte lui a rétamé un méga bleu sur la tronche. Désolée, mais je n'ai pas pu m'empêcher de me tordre de rire quand les "tatas" m'ont rapporté les faits. Autant vous dire que la maman dudit Antoine a moyen apprécié, mais fuck la maman, son fils n'avait qu'à pas se donner des airs de cador carnivore.

 

Et c'est comme ça que je me suis encore faite une amie à la crèche (épisodes précédents et ).

 

Enfin bref, je pourrai aussi vous raconter comment j'ai eu l'idée débile d'organiser une méga-teuf' au parc avec les "copines de section" de ma fille pour fêter la fin de l'année. Vas-y que tu rameutes les mômes, les mamans, les papas, les mamies, les papis, et parfois même les cousins, copains etc... ça te donne un joyeux merdier bien comme j'aime avec environ 75 personnes à gérer ... et à nourrir.

 

Olé.

 

Je vous en dirai plus fin juillet, enfin pas sûr, date à laquelle le carnage aura lieu.

 

Sur ce, c'est jeudi, J-2 avant le week-end et le 14 juillet qui va encore monopoliser la France et ses travailleurs. Alors? Y'en a qui partent se la couler douce en prolongations? Oui? Non? Moi je vais me mettre en mode F16 et carburer au Red Bull histoire de tenir la distance et être sûre de tacler intelligement mes interlocuteurs lundi, interlocuteurs que je vais devoir battre sur leurs propres terres mais rien à foutre, leur défaite n'en sera que plus jouissive pour moi.

 

Self-esteem, quand tu me tiens, tu me rends trop kawaï!

 

Un bisou, des câlins, des léchouilles et tout le tintouin. See you next week, have fun, moi je mets les gaz à compter de NOW.