Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2009

Recently sur là-bas n° 1

1.jpg

 

Merdeeeeeeeeeeeeeuuuu j'ai le blues!

 

(enfin non, mais je me donne une contenance pour le blog, ça marche ou pas?)

 

Dernier jour de crèche pour ma progéniture chérie en ce jour de fin juillet, celle-là même où elle déambulait en couches, où elle articula ses premiers mots, où je la laissais le coeur serré à 3 mois à peine pour aller bosser à 7h30 du mat' bordel, c'est fini tout ça, la prochaine rentrée se déroulera le 3 septembre in ze école maternelle, et comment dire.... aïe, ouille, merci pour le coup de vieux sur le coin de la tronche!

 

Je crois que le plus troublant est d'avoir la mémoire parfaitement claire quant à MA première rentrée des classes qui eut lieu à Londres, et d'avoir pensé toutes ces années que lorsque j'aurais moi-même un enfant à éduquer, je serai bien plus mature que "CA", plus posée, plus sérieuse, plus appliquée, plus raisonnée, plus convenable, enfin bref: PLUS CHIANTE!

 

Je pourrais épiloguer deux heures là-dessus mais je suis pressée rapport au fait que j'ai un bronzage à peaufiner et plein de cadeaux à distribuer, donc je vous renvoie gentiment vers mes autres billets et vous souhaite un week-end du feu de dios!:

 

- Un site web qui recense tous les festivals et évènements musicaux à travers la France cet été, dont une grande partie gratos: http://bit.ly/4ADYjf

 

- Des Reeboks Basquiat reprenant ses célèbres graffitis en vente chez Colette (by Emilie): http://bit.ly/hSehY


- Un autre site qui propose du prêt-à-porter comme il faut à PRIX COUTANT: http://bit.ly/8mHWp


- L'expo Louis Vuitton très sympa, à découvrir avant le 23août (by Emilie): http://bit.ly/k6FgJ


- Des polaroïds en bijoux, c'est excellent et à voir aboslument (by Emilie): http://bit.ly/r12S6


- Editer son livre c'est désormais facile et gratos, toutes les infos sont là: http://bit.ly/4t5Cyx

 

 

Amen

 

(c'est Shabbat).

 

:-)

 

10/07/2008

L'instant Niais ...

simple girl.jpg

... enfin, l'instant niais... je dis ça, mais ça n'en sera qu'un parmi tant d'autres sur ce blog. Ha ha qu'est ce qu'on se marre quand même avec toutes ces balivernes.

 

Alors tout le monde va bien? Bien dormi? Bien n****? Bien réveillé?

 

Moi super, merci. Aujourd'hui je suis toute chose. Pas parce que j'ai vu les étoiles cette nuit, mais parce que voilà, je réalise que ma princesse, la 8ème merveille du monde évidemment, va rentrer en deuxième année.... de crèche.

 

Oué. Oué. Oué. Tu parles d'une nouvelle qui t'intéresse!

 

Enfin, il n'empêche que ça me fait plein de papillons dans le ventre, que je n'ai pas vu le temps passer, que je la vois, ma louloutte, bien grandir et devenir une petite poulette bien trippante comme j'aime, et qu'en septembre, finito la section "bébés", c'est en section "moyens" que ma miss fera ses gammes.  

 

Je vais vous passer les détails de ce que cela implique, mais grosso-modo, ma fille sera une vraie killeuse au royaume des mouflets. Dernièrement, un certain "Antoine" a eu la mauvaise idée de la mordre, et bang, du haut de ses 18 mois et de ses 78 cm, ma cocotte lui a rétamé un méga bleu sur la tronche. Désolée, mais je n'ai pas pu m'empêcher de me tordre de rire quand les "tatas" m'ont rapporté les faits. Autant vous dire que la maman dudit Antoine a moyen apprécié, mais fuck la maman, son fils n'avait qu'à pas se donner des airs de cador carnivore.

 

Et c'est comme ça que je me suis encore faite une amie à la crèche (épisodes précédents et ).

 

Enfin bref, je pourrai aussi vous raconter comment j'ai eu l'idée débile d'organiser une méga-teuf' au parc avec les "copines de section" de ma fille pour fêter la fin de l'année. Vas-y que tu rameutes les mômes, les mamans, les papas, les mamies, les papis, et parfois même les cousins, copains etc... ça te donne un joyeux merdier bien comme j'aime avec environ 75 personnes à gérer ... et à nourrir.

 

Olé.

 

Je vous en dirai plus fin juillet, enfin pas sûr, date à laquelle le carnage aura lieu.

 

Sur ce, c'est jeudi, J-2 avant le week-end et le 14 juillet qui va encore monopoliser la France et ses travailleurs. Alors? Y'en a qui partent se la couler douce en prolongations? Oui? Non? Moi je vais me mettre en mode F16 et carburer au Red Bull histoire de tenir la distance et être sûre de tacler intelligement mes interlocuteurs lundi, interlocuteurs que je vais devoir battre sur leurs propres terres mais rien à foutre, leur défaite n'en sera que plus jouissive pour moi.

 

Self-esteem, quand tu me tiens, tu me rends trop kawaï!

 

Un bisou, des câlins, des léchouilles et tout le tintouin. See you next week, have fun, moi je mets les gaz à compter de NOW.

16/04/2008

Moeurs modernes (Partie 2/2)

1549366591.jpg

 

Après avoir donc gloupsé et m’être aperçue que le mec était particulièrement attentionné à mon égard, j’ai cru bon de me lever prétextant une envie de salle de bains suivie d’un au revoir. Je pose ma coupette, et alors que je me dirige vers la porte de cette maudite chambre, mon hôte me bloque, net et précis.

 

Me fout une main au cul et l’autre à ma taille.

 

Ni une ni deux, je ne réfléchis pas et je vois ma main droite s’envoler pour lui mettre une claque.

 

Oué.

 

Mais non.

 

J’ai face à moi un mec d’1m90 aussi costaud que Chabal, alors autant vous dire que j’ai vite été bloquée par ce fada qui m’a du coup bien bousculée, me faisant trébucher sur une commode à proximité, et voilà que je me retrouve par terre.

 

Sur le cul.

 

Dans tous les sens du terme.

 

Et ben c’est pas fini.

 

Alors que je me relève en vociférant de jolis noms d’oiseaux, j’entends comme un écho lointain…. Féminin l’écho…. Qui peu à peu semble se rapprocher.

 

Pas possible je me dis. Et ben si ! Pourquoi s’arrêter en si bon chemin hein ?

 

Je vous le donne dans le mille : c’était sa femme. Qui débarque et me trouve, moi, dans SA chambre, un peu secouée, deux coupes de champagne et une bouteille sur SA commode, avec SON mari.

 

Tout va bien, je me dis.

 

TOUT…. VA…. BIEN…..

 

Face au ridicule de la situation et surtout son interrogation, je prie pour que son mari lui sorte un topo un brin vraisemblable.

 

Et voilà ce que Don Juan lui dit : "Julie est arrivée à l’improviste avec une bouteille de champ’ pour fêter l’achat de l’appart (ils viennent juste d’acheter, comme si j’en ai à carrer), vachement sympa non?".

 

Incrédule je suis. Et incrédule elle est.

 

Imaginez le truc. Sans déconner, j’ai cru que j’allais le boxer.

 

Et bien tampis, j’aurais du faire preuve de noblesse et penser à préserver la paix de ce ménage mais non, joueuse je suis c’est sûr, mais coupable idéale d’un homme qui n’a aucun scrupule, sûrement pas. Je lui dis donc que si l’improviste consiste en l’art de me mentir pour m’amener à sa chambre et me foutre la main au cul, alors oui, effectivement, je suis montée à l’improviste. Y’a qu’à voir dans le petit Robert et en profiter pour vérifier la définition du mot ENFOIRE.

 

Puis je me suis cassée.

 

Depuis lors, j’ai invité sa femme à déjeuner, nous avons bien creusé le sujet et apparemment la jeune épouse est habituée. J’ai néanmoins reconnu ma part de responsabilité et nous nous sommes convenues de ne plus nous fréquenter outre mesure.

 

Quant à son mari, je ne réponds plus à ses "bonjour", je l'évite autant que possible…. car cette histoire remonte tout de même à plus de 3  semaines, mais devinez de quoi j’ai écopé depuis….. ?

 

Deux fois par semaine, un petit bouquet de roses* dans le casier de ma fille accompagné d’un mot de drague insipide dont je vous tairai les détails.

 

Au secours !!


* et en plus j’ai jamais aimé les roses putain.

07/04/2008

Moeurs modernes (Partie 1/2)

Je connaissais la drague dans la rue, la drague à l’arrêt du bus, la drague chez le médecin, et celle chez le boulanger. Je connaissais également la drague en boîte de nuit, la drague chez l’assureur, et celle du Monoprix.  Sans oublier la drague au café du coin, la drague du pharmacien, celle du vendeur de la FNAC, et bien sûr l’inimitable drague des rendez-vous professionnels.

 

De la drague-en-veux-tu-en-voilà… il y a aussi celle de l’avocat, du mec de ta copine, ou du livreur de pizzas.

 

La drague est open-space, anywhere-anytime.

 

Mais depuis un peu plus d’un an, j’ai découvert un nouveau terrain de jeu que nos amis libidineux exploitent sans scrupule aucun :

 

la crèche pour enfants.

 

742373305.2.jpg

 

Oui messieurs-dames, cet espace jovial où ne devraient régner qu’innocence, douceur, et bonnes manières se révèle être en réalité un club de rencontres pour prédateurs maqués souhaitant s’envoyer en l’air derrière le dos de leur conjointe. Et pire encore, si ladite conjointe a eu le malheur de sympathiser avec la proie du prédateur en question, et bien figurez-vous que celui-ci s’en trouvera fort émoustillé.

 

C’est donc ainsi que j’ai récemment naïvement sympathisé avec un homme charmant qui déposait son fils au même moment où je déposais ma pépette. Jusque là tout va bien, je suis du genre à faire des sourires à tout le monde donc forcément, je bavarde toujours avec quelqu'un même quand je vais poster une lettre.

 

Bref - après plusieurs rencontres hasardeuses, ledit jeune homme (brun, cela va sans dire) m’a gentiment proposé d’aller boire un verre.

 

Mais oui. Mais bien sûr. Le mec est marrant, je connais sa nana, elle est d'ailleurs carrément sympa, et même s’il est dommage qu’elle ne puisse se joindre à nous, ok d’accord, allons prendre un petit café.

 

 

Mon cul oui.

 

Le prédateur avait un plan.

 

Et oué. Car figurez-vous que 45 minutes plus tard, après une série d’incroyables concours de circonstances (à croire que le mec s’est arrangé avec le bon dieu pour modifier le cours des événements), je me suis retrouvée sur le lit conjugal de ce vicieux avec une coupe de champagne à la main, et ce, à 9h00 du mat'.

 

Gloups.

 

Que j'ai fait.

 

Y’a comme qui dirait un malentendu.