Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2012

Il y a un an...

 

Il y a un an, 12h30, j'ai grandi.

J'ai fini par mûrir.

J'ai compris la violence inouïe de la vie au moment où je m'y attendais le moins.

 

Il y a un an, 12h30, mon monde s'est écroulé.

Il y a un an, 12h30, j'apprenais que mon père était condamné.

 

Cet instant où le temps s'est évaporé pour ne laisser place qu'à un tourment indescriptible, tsunami de douleur débordant de mes tripes, folle alliée je suis devenue croyant mourir sur place alors qu'il m'énonça par téléphone le nom de sa mystérieuse maladie: Sclérose Latérale Amyotrophique.

 

13 avril 2011 - 27 octobre 2011... six mois d'un malheur inénarrable où sa vie s'est transformée en lutte effrénée pour repousser la fatalité, où je l'ai rejoins de toutes mes forces dans ce poignant combat, six mois à me préparer à le perdre alors même qu'il fallait faire mine d'y croire, six mois d'une vie ce n'est rien, et pourtant....

 

Nous avons repoussé les limites de la médecine par tellement de moyens... jusqu'à voyager en Ukraine au sein d'une des seules cliniques au monde pratiquant la transplantation de cellules souches, méthode contestée mais unique espoir de lui octroyer quelques mois de vie supplémentaires.

En vain. Il décéda juste deux semaines après notre retour en France*.

 

Mon père était jeune, actif sautant d'un avion à l'autre, heureux et tellement amoureux de la vie.

Il était aussi sportif et sain, mais il était surtout doté d'une rare gentillesse, de ceux dont le grand coeur semble hologramé sur le visage. Nous étions très proches, si proches que nous ne passions pas une journée sans nous appeler 5-6 fois pour prendre un avis, raconter une blague, partager un bon plan, juste s'embrasser.

 

Mais je ne lui rendrai pas d'hommage ici. Je voulais simplement vous rappeler de vivre. D'être dans l'instant présent sans penser à ce qui est passé et sans focaliser sur l'avenir. Juste ici et maintenant, appréciez le phénoménal spectacle de cette vie, fragile au possible, posez-vous et repensez vos priorités et ce qui compte pour vous.

Aimez ceux qui vous entourent, aimez les vraiment, pardonnez, consolez, chouchoutez, prenez votre téléphone, surprenez.. et donnez, tout simplement.

 

La vie est belle.

 

 

* Si vous tombez sur ce blog et que vous envisagez de vous rendre à l'Emcell Clinic de Kiev, contactez-moi et je vous en dirai plus sur cette clinique et leurs méthodes.